Équité des listes lors des locales : Plus de micro pour les journalistes et animateurs candidats

0
99

C’est officiel ! Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) retire le micro aux journalistes et animateurs d’émissions ou de rubriques dans les radios et télévisions qui sont candidats aux locales du 23 janvier 2022. Dès la publication des listes, jusqu’à la publication des résultats, ils seront privés de temps d’antenne, au nom du respect des règles d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des différents candidats ou listes de candidats en lice.

Ça y est, c’est désormais officiel ! Les candidats aux élections territoriales du 23 janvier 2022 qui ont des émissions de télévision/radio ou qui animent des rubriques dans des émissions (journalistes, animateurs, etc.) ne pourront plus continuer à exercer dans les médias audiovisuels. Du moins à compter de la publication des listes des candidats jusqu’à la publication des résultats. Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) leur a ainsi retiré le micro par souci de respect stricte des règles d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des différents candidats ou listes de candidats en compétition.

«Accordant une attention particulière au respect de ces dispositions (du Code électoral et de la loi portant création du CNRA, ndlr) et à l’égalité de traitement des candidats et listes de candidats, le CNRA appelle les éditeurs à suspendre les interventions à l’antenne de leurs collaborateurs déclarés candidats, de la publication des listes à la proclamation des résultats», informe un communique du CNRA relatif à l’intervention à l’antenne des collaborateurs investis sur les listes pour les élections territoriales du 23 janvier 2022 parvenu à la Rédaction de Sud Quotidien.

Pour l’effectivité de cette mesure, «le CNRA, comptant sur l’attachement des éditeurs au respect des règles d’équité et d’équilibre, les appelle à respecter scrupuleusement la réglementation», lit-on dans le document signé par l’Assemblée du CNRA hier, mercredi 03 novembre 2021, date limite de dépôt des dossiers de candidatures pour les élections départementales et municipales du 23 janvier 2022. Ces candidatures sont déposés quatre-vingt-cinq (85) jours au plus (le 29 octobre 2021) et quatre-vingt (80) jours au moins (le 03 novembre 2021) avant le jour du scrutin, selon l’article L.283 du Code électoral. Même si, concernant la caution, l’invite de la Caisse de Dépôts et Consignations (CDC) n’est que préventive, les candidats, coalitions et listes de candidats ayant la possibilité de déposer le montant de ladite caution jusqu’à la date limite de dépôt des listes, soit hier mercredi 03 novembre 2021 à minuit.

Le régulateur motive sa décision par le fait que «le Code électoral oblige les médias publics ou privés qui traitent des élections territoriales à respecter rigoureusement les règles d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des candidats ou listes de candidats pendant la campagne électorale (articles L.61)». Il y a aussi la loi portant création du CNRA qui dispose : «Le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel veille à l’objectivité et au respect de l’équilibre dans le traitement de l’information véhiculée par les médias audiovisuels (article 7) ; Le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel veille au respect des règles d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information et dans la programmation des différents médias audiovisuels (article 9)», rappelle la même source.

«LA DECISION EST PRISE PAR RAPPORT AUX ANIMATEURS MAIS NOUS PARLERONS AUX PATRONS D’ORGANES»

Déjà, le président du CNRA, Babacar Diagne, avait prévenu  les concernés et les patrons des organes de presse, il y a environ un mois. En marge d’une visite que lui avait rendue Oustaz Alioune Sall, prêcheur à Sud FM, le 06 octobre 2021, M. Diagne avait déclaré : «vous ne pouvez pas faire campagne l’après-midi, la nuit, le matin et disposer de 2 heures de télévision pendant lesquelles vous allez parler de vous», avait-il dit. Et de préciser toutefois ceci : «je ne dis pas que ces candidats ne seront pas couverts. Ils peuvent parler à la presse en tant que candidats. Mais être candidat et animer des émissions pendant des heures, animer des rubriques dans lesquelles vous vous exprimez, ce ne sera pas permis».

Le régulateur s’était voulu clair : «nous ne parlons pas aux animateurs, nous parlons aux organes. La décision est prise par rapport aux animateurs mais nous parlerons aux patrons d’organes. C’est eux qui prendront des dispositions pour que ces agents-là qui sont candidats aux locales cessent d’être dans des émissions pendant la durée de la campagne électorale. Ils ne reprendront leurs émissions qu’après», avait-il insisté, relevant que la date où les concernés devront cesser leurs activités dans les médias leur sera communiquée et une réunion sera convoquée dans ce sens.

I.DIALLO

Comments are closed.