États-Unis: pas de verdict trouvé sur l’affaire Donald Trump-Stormy Daniels au premier jour de délibérations

0
137

Après six semaines de débats, les États-Unis attendent le verdict du procès au pénal de Donald Trump. Les 12 jurés chargés de l’affaire Stormy Daniels ont conclu leur première journée de délibérations mercredi 29 mai sans trouver de verdict. Ils ont entre leurs mains le sort judiciaire de l’ex-président, qui aspire à revenir à la Maison blanche lors des élections présidentielles de novembre.

Pour leur première journée de délibération, ils se sont isolés pendant quatre heures, derrière des portes closes, sans téléphone, n’échangeant avec le juge que par des notes écrites. Alors que quelques partisans de Donald Trump s’étaient réunis à l’extérieur du tribunal pour soutenir leur champion, les 12 jurés ont commencé leur travail d’examen des 34 chefs d’inculpation. En réalité, il s’agit de 34 fois le même : falsification de compte d’entreprise commerciale, un crime passible de quatre ans de prison dans l’État de New York.

Après six semaines de débats, où il a souvent été question de sexe, d’argent et de pouvoir, le jury se retrouve face à une seule question : Donald Trump s’est-il rendu coupable de 34 falsifications de documents comptables, destinées à cacher un paiement de 130 000 dollars à l’actrice de films pornographiques Stormy Daniels pour éviter un scandale sexuel à la toute fin de sa campagne présidentielle de 2016 ?

Ces jurés ont donc du travail, d’autant que quel que soit leur verdict, ils doivent être d’accord à l’unanimité. Ils doivent surtout juger en fonction des faits et en faisant abstraction de leurs « opinions personnelles », selon le juge du tribunal de Manhattan Juan Merchan. « Vous avez pour obligation de mettre de côté (vos) opinions personnelles, qu’elles soient favorables ou contre l’accusé », a-t-il solennellement prévenu en donnant lecture de ses instructions à ces 12 citoyens de New York.

Dans l’après-midi, les jurés ont fait savoir qu’ils souhaitaient réentendre ses instructions, une sorte de mode d’emploi juridique de l’affaire, ainsi que des passages de certains témoignages au procès. Le juge leur a alors annoncé que ses lectures auraient lieu jeudi matin et les a libérés de leurs obligations.

Les opinions ne manquent toutefois jamais d’être tranchées quand il s’agit de Donald Trump, personnage très clivant.

Trump Interdit de quitter la cour pendant les délibérations

Le candidat républicain à l’élection présidentielle de 2024 est pour une fois comme tout le monde : il doit attendre, cela pouvant être quelques heures, quelques jours, voire quelques semaines. L’ancien président des États-Unis devra revenir au tribunal de Manhattan jeudi, le juge lui ayant interdit de quitter la cour durant toutes les délibérations.

Cela lui permet, lorsqu’il passe devant la presse, de continuer à délivrer son discours habituel sur la « chasse aux sorcières » et une supposée interférence électorale. En campagne pour la présidentielle du 5 novembre, contraint depuis mi-avril de venir chaque jour dans le prétoire, le milliardaire républicain a de nouveau tempêté devant la presse contre « une situation scandaleuse » et dénoncé des « poursuites (pénales) truquées ».

Donald Trump pousse sa victimisation en affirmant que même la sainte catholique « Mère Teresa ne pourrait pas balayer ces accusations », a-t-il lancé, une fois que le juge a donné ses instructions aux jurés.

Leave a reply