Eviction de mimi : la majorité parlementaire nie toute violation de la loi

0
807

Le groupe parlementaire de la majorité réagit à la vague de dénonciation de la déchéance du mandat de député de l’ancien Premier ministre, Aminata Touré. En conférence de presse hier, jeudi 26 janvier, au siège de l’Alliance pour la République (Apr) Me Omar Youm, président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (Bby) et ses camarades ont réfuté toute violation de la loi dans le cadre de cette décision du bureau de l’Assemblée nationale entérinée le 24 janvier 2023. Porte-parole du jour, Me Omar Youm accuse leur désormais ex-camarade de mener depuis la mise à l’écart de sa candidature à la présidence de l’Assemblée nationale, le 12 septembre 2022, une « large campagne de communication contre leur parti, son président du parti et sa famille mais aussi en s’insurgeant de manière discourtoise à l’élection de l’actuel président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop ». Poursuivant sa plaidoirie contre l’ex-Pm, il l’a également accusée non seulement de « s’impliquer dans toutes les manifestations de l’opposition » mais aussi de « participer à toutes les initiatives de celle-ci et s’est engagée vers la mise en place d’un mouvement politique ». Des actes qui selon lui, sont « suffisamment constitutifs d’une démission ».  «Seuls les organes internes de l’Alliance Pour la République (APR) sont habilités à apprécier, au vu des règles qui gouvernent son fonctionnement, les cas concernant la perte de la qualité de membre (exclusion, démission, suspension…) or, dans le cas d’espèce, se basant sur ses instruments, le parti a souverainement constaté que les faits évoqués ci-dessus sont constitutifs de démission », a-t-il souligné.  Ainsi, soulignant que la « démission n’est rien d’autre qu’un acte par lequel on se décharge, sans contrainte, d’une fonction, d’une qualité ou d’une responsabilité », le responsable du parti au pouvoir indiquera que celle-ci « peut résulter d’un acte oral ou écrit explicite ou implicite indiquant une volonté résolue de se départir de sa qualité de membre d’un parti ». Et d’attester : « En l’espèce, la démission de Madame Aminata Touré résulte d’un ensemble d’actes, de déclarations et de comportements caractérisés comme telle par le règlement intérieur et les statuts du parti ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply