Explosion de la vente de friperie à Dakar : Un business pratiqué par tous et pour tous

0
336

Faisant jusque-là partie du décor dans les marchés dakarois, le phénomène est devenu une réalité partout notamment dans tous les quartiers ou presque. Surtout aux devantures ou garages des maisons en banlieue. La vente de friperie a pris une ascendance fulgurante ces dernières années. Comme un effet de mode, tout le monde s’y met, à défaut d’alternative.

La vente de friperie, communément appelée «fëgg jaay», en langue nationale wolof, connait un développement «impressionnant» au Sénégal, notamment à Dakar, ces dernières années. Généralement constitué d’habits de seconde main ou d’habits de magasins invendus venant d’un peu partout en Europe, Amérique, Asie etc. ce commerce longtemps considéré comme destiné à une population à faible pouvoir d’achat, attire désormais des personnes de tout rang social. Surtout qu’en cette période de crise, acheter des habits neufs n’est pas à la portée de toutes les bourses.

À Dakar, les marchés aux puces poussent comme de petits champignons. Ce qui semble constituer une aubaine tant pour les clients que pour les commerçants. Au marché, dans les quartiers, via les réseaux sociaux ou même par du porte-à-porte, la friperie s’est incrustée, en un temps record, dans le quotidien des Sénégalais.

Le marché de Colobane représente le centre névralgique de la friperie à Dakar.  On y retrouve des articles de tous genres. Mbaye Bass, vendeur de fripes nous explique son activité : « je m’approvisionne chez les grands commerçants. Ce sont eux qui achètent les conteneurs. En général, ils viennent d’Italie, d’Australie, d’Amérique, d’Angleterre, d’Allemagne, d’Espagne, de France ».

Les prix peuvent cependant varier. Par exemple, les  « balles de jeans sont vendues entre 55.000 et 70.000 FCFA. Les balles de bodys que je suis en train de trier sont à 60000 FCFA. Le matin, on vend généralement à 500 ou 750 l’unité et dans l’après-midi, comme à cette heure (15h), les prix varient. Cependant, on éprouve quelques difficultés du fait d’un climat instable à Dakar : tantôt il fait froid, tantôt la chaleur redevient intense ces derniers jours. Notre stock de marchandises est, pour la majeure partie, dédié aux habits d’hiver ».

Assise à côté de Mbaye Bass, Nina Mendy parcourt près d’une vingtaine de kilomètres pour acheter de la friperie au marché de Colobane. « Je viens de Keur Massar. Certes, il y en a  dans mon quartier, mais je préfère venir ici, le produit trouvé ici étant moins cher et de meilleure qualité.  En plus, j’ai l’habitude d’acheter les vêtements de mes enfants ici, ainsi que les miens ».

BUSINESS FLORISSANT, DU FAIT DU  »FËGG JAAY » TRES PRISE EN CES TEMPS

Loin de là, au marché Dior des Parcelles Assainies, le constat est le même. Il accueille des nouveautés. Des tas de sacs sont disposés tout au long de la route (en bordure de route). Ils cachent le fameux  »fëgg jaay » très prisé en ces temps. Debout devant une pile d’habits, Alouine Dramé, vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un jean bleu, les trie par lot, selon la qualité.

Novice dans ce domaine, avec moins d’un an d’expérience, Alouine a su trouver ses marques très rapidement. « Je vends des habits de seconde main dont les prix varient souvent entre 1000 et 5000 FCFA. Les balles sont vendues entre 90.000 et 130.000 FCFA. Ceux de 130000 FCFA concernent les robes, chemises et ceux de 50.000 FCFA, les bodys. La clientèle vient petit-a-petit, surtout en cette nouvelle année et on essaie de s’en sortir ». Connu sous le sobriquet « Bakh Yaye », Serigne Mar de son vrai nom,  la trentaine, arpente les rues de Dakar, vêtements entre les mains, à la recherche de potentiels clients. « Je fais le tour des cités. Je fréquente également les marchés hebdomadaires (marchés samedi et mercredi).  Je préfère me déplacer et j’arrive à avoir une clientèle spécifique grâce à cela.  J’achète à 1500 ou 2000 FCFA pour revendre à 3000 FCFA. Il m’arrive  même de revendre à pertes ».

A quelques encablures de Dior, c’est le même décor qui nous accueille au marché Gueule Tapee du rond-point Case-ba. Ici aussi, les marchands de fripes ont occupés  toute la route menant vers le marché notamment ce qui sert de trottoirs pour les piétons. Difficile de se frayer un chemin. À l’intérieur du marché, nous trouvons Iba Tall, ancien caissier à la retraite devenu vendeur de friperie, depuis la création du marché en 1984.

Du haut de ses quatre-vingt ans, M. Tall expose des habits de tous genres dans ses deux boutiques : chemises, blousons, maillots, entre autres. « Ces chemises et ces pantalons sont à 1000 FCFA, ces blousons à 1500 FCFA, les lacets à 200 FCFA, 300 et 400 FCFA, selon la taille ». Des prix qu’il juge accessible. « Les prix sont uniques et fixes. J’achète mes produits par pièce ; j’y rajoute juste 500 FCFA de différence et j’arrive à m’en sortir. Je vends moins cher qu’à Colobane, dit-il, sous un ère farceur ».

Dans cette course effrénée pour faire face dignement à la crise et s’en sortir,  le marché de la friperie est devenu un business florissant. Tout le monde y trouve son compte, malgré quelques aléas qui peuvent parfois perturber le travail des uns et des autres. Ce qui fait de ce commerce, aujourd’hui, un business de tous et pour tous

Adjaratou Marième Diaw MBAYE(Stagiaire) 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :