Expulsion de responsables onusiens en Éthiopie: Guterres exige avec virulence des preuves «écrites»

0
117

Ce mercredi 6 octobre, le secrétaire général des Nations Unies s’est montré particulièrement agacé lors du Conseil de sécurité sur l’Éthiopie. Antonio Guterres a demandé des preuves écrites des accusations d’ingérence qu’Addis-Abeba a avancées contre sept fonctionnaires onusiens. 

L’atmosphère était tendue ce mercredi dans l’enceinte du Conseil de sécurité. Le secrétaire général s’est adressé au représentant de l’Éthiopie à l’ONU en lui demandant des documents prouvant les « mauvais comportements » et les postures « d’ingérence » de sept fonctionnaires des Nations Unies, dont Addis-Abeba a exigé l’expulsion la semaine dernière.

Vendredi dernier déjà, Antonio Guterres avait demandé ces documents au Premier ministre éthiopien avec qui il s’était entretenu. Pourtant, il n’a toujours rien reçu à ce jour, a-t-il affirmé devant le Conseil.

Crainte d’un effet boule de neige

L’ambassadeur éthiopien avait, lui, quelques minutes plus tôt justifié à l’oral les expulsions de ces responsables. Selon son gouvernement, ils auraient « gonflé » des chiffres de victimes présumées, inventé des morts de famine et invité des rebelles armés dans des locaux des agences des Nations Unies.

L’idée de souveraineté de l’Éthiopie a été, sans surprise, soutenue par la Chine et la Russie. Pour autant, cette décision « sans précédent » viole la Charte de l’ONU aux yeux de nombreux diplomates. Qui craignent aussi que cette crise ne crée un précédent et ne fasse boule de neige sur d’autres conflits, comme en Birmanie ou en Afghanistan.

RFI.FR

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :