Fabienne Keller, eurodéputée, questeure du parlement européen : « Nous avons les faiblesses de notre force qui est une grande vitalité démocratique »

0
597

Dans cet entretien, l’eurodéputée Fabienne Keller, questeure du Parlement européen et membre du groupe Renew Europe, explique ce qu’est l’esprit européen. Si elle ne se fait pas prier pour vanter les forces de l’institution qui est la voix des citoyens de l’Union européenne, l’ancienne mairesse de Strasbourg n’en ignore pas les faiblesses.

 

-Qu’est-ce que le Parlement européen représente pour l’Europe ?

C’est une construction imaginée par Jean Monnet, Alcide de Gasperi, Paul-Henry Spaak, Robert Schuman (pères fondateurs de l’Europe, Ndlr). Il s’agissait, après toutes ces horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, de dessiner ensemble un projet européen, un nouvel avenir. Au début, cela s’est limité à une Europe économique autour du charbon et de l’acier (la CECA), puis la communauté européenne s’est élargie aux questions d’indépendance alimentaire et, enfin, à tous les domaines économiques, devenant ainsi l’Union européenne avec un objectif beaucoup plus large. Désormais, nous réfléchissons à une transformation en une entité plus politique. En ce qui concerne le Parlement européen, qui participe à l’élaboration des lois, il est la représentation des populations au suffrage universel depuis 1979.

-Dans ce contexte de guerre et de crise, quelles sont les forces du Parlement européen ?

Nous sommes forts quand nous sommes unis comme nous le sommes depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine par Vladimir Poutine en prenant ensemble des sanctions contre la Russie, en gelant les avoirs des oligarques russes qui profitent largement du système de corruption mis en place par Vladimir Poutine. Nous avons été forts pour lutter contre la Covid-19 en achetant ensemble des vaccins, en prenant ensemble des mesures parce qu’on sait bien que les maladies ne s’arrêtent pas aux frontières. Nous sommes forts quand nous négocions des accords internationaux, puissants aussi quand nous aidons des États membres fragilisés. Nous le faisons dans le plan de relance après la crise covid-19 ;  les États qui ont été plus touchés par la maladie sont ainsi plus aidés par l’Union européenne. C’est une solidarité à laquelle nous tenons beaucoup. Mais, la Communauté européenne, c’est surtout un vaste  espace de vie commune, de cultures partagées, d’échanges économiques construit au fil du temps et permettant d’assurer la prospérité de tous les Européens.

-Que pouvez-vous nous dire des faiblesses du Parlement européen ?

Nous sommes faibles parce que la démocratie, c’est compliqué. Il faut du temps pour se décider. On est 27 États membres de l’UE, les choses ne se font donc pas en un claquement de doigt. Mais nous avons construit une forme d’efficacité, c’est-à-dire une capacité à décider dans l’urgence. Au début de la covid-19, on avait zéro compétence dans le domaine de la santé. Par la nécessité liée à la gravité de la crise, on a décidé tous ensemble d’assumer cette compétence. Nous sommes faibles parce que nous sommes transparents, mais c’est une force aussi. C’est tout le défi de la démocratie. Tous nos débats sont ouverts, retransmis. Nous sommes très attentifs à la liberté d’expression dans l’ensemble des États membres. D’ailleurs, nous nous efforçons de protéger partout en Europe la liberté de la presse. Nous prenons des mesures pour soutenir les médias indépendants, protéger les journalistes qui seraient poursuivis à cause de leurs idées ou les avocats. Au final, nous avons les faiblesses de notre force symbolisée par une grande vitalité démocratique. Et, nous sommes très fiers de pouvoir présenter ce dispositif européen en 24 langues et 27 systèmes juridiques, avec des cultures à la fois proches mais tout de même différentes qui ne nous empêchent pas de construire beaucoup de choses communes.

MARIAME DJIGO

(Envoyée Spéciale à Strasbourg)

Leave a reply