Face à la boulimie, la spoliation de son espace domanial et autres litiges : la commune de Keur Madiabel digitalise son foncier

0
693

Après le volet collecte de la taxe municipale, celui du contrôle du secteur de l’informel et la gestion de son département de l’état civil, la commune de Keur Madiabel situé à environ une quarantaine de Kms au Sud de la région de Kaolack a démarré ; le samedi 18 Mai dernier, le processus de digitalisation de son foncier. La restitution de ses travaux spécifiques a été effectuée en présence des services administratifs (préfectures, Descos, domaine, et Cadastre) ayant participé à ces opérations, les populations locales et celles de la diaspora par voie télé-conférence vidéo.

Cette nouvelle forme de gouvernance foncière, au-delà de la volonté de ses promoteurs de mettre en place une base de données fiable pour les futures générations, est aussi un moyen pertinent pour résoudre de manière définitive les innombrables questions de litiges fonciers, boulimies, spoliations et d’avoir une cartographie des données sur l’occupation publique et l’habitat en particulier. Grâce au concours des services techniques compétents de la région et les données scientifiques, palpables ressorties de leur production, la commune de Keur Madiabel entend également disposer de ce nouveau système d’information afin de permettre à sa municipalité de prendre désormais les meilleures décisions en cas de litige foncier, ou autres anomalies déclarées sur son territoire. Dès les premières vues, cette digitalisation foncière a permis de s’apercevoir que les habitations et espaces vides occupent aujourd’hui 16,7 % de l’espace communal. Alors qu’en termes d’exploitation inclusive, 53 % des sites ne sont pas valorisés au même titre que les 75 % des maisons existant jusqu’à présent sans titres fonciers. Ainsi, avec le dernier découpage administratif effectué sur les limites  territoriales et cette nouvelle cartographie numérique de Keur Madiabel, il est pour autant révélé que l’assiette foncière de la commune est loin d’être épuisée, comme le prétendaient bon nombre de citoyens, Et la municipalité, par la voix de son maire Abdoulaye Diatta, entend engager le dialogue sur l’intercommunalité pour éviter tout différend territorial avec les communes voisines. Une stratégie que la commune s’apprête à développer dans un court terme, compte tenu de son nouveau plan d’organisation spaciale lancé quelques mois auparavant sur une superficie de 9 ha, aménagée sur la périphérie urbaine pour faire respirer la commune et permettre une fluidité plus grande de la circulation. Selon les prévisions, ce site va accueillir incessamment un effectif de  80 ateliers de menuiserie, 60 tailleurs, 300 femmes transformatrices de produits locaux, le marché hebdomadaire, les unités de décorticage, le foirail et le site abritant l’abattoir

ABDOULAYE FALL 

 

Leave a reply