Filiere conton : une mouche ravageuse fait des dégâts à Kolda, Vélingara et Tambacounda

0
292

Une  mouche blanche ravageuse a causé beaucoup de dégâts sur les cultures de coton au niveau de la zone cotonnière du Sénégal (départements de Kolda, Vélingara et Tambacounda). Ce qui constitue une grande préoccupation pour  les producteurs de coton et les populations de ces localités qui pratiquement tirent leurs ressources  des activités industrielles de cette filière.

Cette année, la production de coton ne sera pas du tout abondante. En effet, une  mouche blanche a ravagé une grande partie des superficies de coton dans la zone cotonnière du Sénégal (départements de Kolda, Vélingara et Tambacounda). Ce qui inquiète les producteurs de coton et les populations de ces localités.

«Il y a eu une mouche blanche qui a ravagé la presque totalité des superficies de coton dans les localités de Tambacounda, Kolda et vélingara. Cela a fait beaucoup de dégâts, les producteurs ont vu désespérément  leurs productions  disparaitre sous leurs yeux. Au-delà du coton, la mouche a  aussi attaqué les cultures de gombo et de bissap»,  nous apprend au bout du fil  Amadou Baldé, ingénieur agronome  et par ailleurs  président de la Commission agriculture et développement  rural du Conseil départemental  Vélingara.

Et pourtant, selon M. Baldé, cette année, beaucoup d’insecticides ont été utilisées  pour protéger ces cultures, mais cela n’a pas eu les effets escomptés. «Même la Direction de la protection des végétaux (Dpv) a fait un tour au niveau de la zone cotonnière, particulièrement à Tambacounda,  mais malheureusement le ravageur est encore là, aussi préoccupant  que le Coronavirus sur la santé humaine», précise-t-il.

Cette situation  peut  entrainer des conséquences économiques désastreuses au niveau de ces localités, aussi bien sur les producteurs que sur les populations. «Chaque année, à travers la production, le coton faisait entrer plusieurs milliards de FCFA au niveau de la zone  cotonnière. Ce qui ne sera pas le cas cette année. Au niveau de cette zone, les seules activités qui occupent les jeunes sont les usines de coton. Donc, s’il n’y a pas du coton, les usines ne vont pas ouvrir cette année au mois de décembre et janvier. Du coup, des centaines de jeunes vont se retrouver dans la rue. Ce qui pourra accentuer l’émigration clandestine dans ces localités. Cela va également entrainer une grande pauvreté chez les producteurs qui gagnent leurs vies avec la culture du coton», soutient M. Baldé.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply