Fin révision exceptionnelle des listes électorales: Vers les étapes les plus périlleuses

0
379

Ouverte par décret présidentiel n°2021-976, depuis le 31 juillet dernier, la révision exceptionnelle des listes électorales en vue des élections départementales et municipales du 23 janvier 2022, a pris fin hier, mardi 14 septembre. Après cette ouverture/révision exceptionnelle des listes électorales tant soit peu mouvementée, les acteurs en compétition s’acheminent vers les étapes les plus risquées, notamment la publication des listes électorales provisoires en fin septembre, mais surtout les investitures au début du mois de novembre.

Rythmée entre sorties et accusations de «fraudes», la révision exceptionnelle des listes électorales, vient d’être clôturée hier, mardi 14 septembre, après 45 jours. Cette révision a permis aux jeunes citoyens qui auront 18 ans révolus à la date du 23 janvier 2022, de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales. Il en est de même pour les électeurs qui ont voulu changer de circonscription électorale ou d’adresse électorale. Dans la même veine, cette révision exceptionnelle des listes électorales a aussi été le moment de faire le toilettage du fichier électoral, avec notamment la radiation des électeurs décédés, d’électeurs frappés d’incapacité du fait de la loi ou qui ne désirent plus figurer sur les listes électorales. Les militaires et paramilitaires redevenus civils ont aussi eu l’occasion de changer de statut.

Lire sur le même sujet: Chronique d’une révision exceptionnelle tumultueuse des listes électorales

Mais, il faudrait dire que cette période de révision exceptionnelle n’a pas été de tout repos pour les acteurs en compétition. En effet, depuis le jour de démarrage de ces opérations sur l’ensemble du territoire national, opposition et pouvoir se sont livrés à une véritable guerre d’opinion, sur fond d’accusations et de récriminations dans la délivrance des certificats de résidence, toute chose qui serait opérée de manière discriminatoire. Pas un jour ne s’est passé sans que la presse ne fasse écho de tensions autour de l’octroi de ce document exigé par le Code électoral à tout citoyen qui voudrait opérer des modifications sur son adresse électorale. Que dire des dénonciations de «fraudes», de «blocages», de «transfert d’électeurs » et de présence de Commissions administratives illégales chez des responsables de la mouvance présidentielle ?

Après cette parenthèse, les chapelles politiques semblent se préparer pour des étapes encore plus dangereuses que périlleuses. En effet, les listes électorales provisoires seront publiées d’ici la fin du mois de septembre. C’est durant cette période que certains se verront éjecter des listes, alors que les présidents de commissions avaient accepté leur demande de figurer sur les listes électorales. Le rejet de la demande de Karim Wade, aux motifs de l’article L31, en est un exemple. Certains partis ne verront pas leurs militants ou sympathisants figurer sur lesdites listes par erreur. Alors, ce sera la course contre la montre pour déposer des recours à la Cour d’Appel, dans le but de rectifier ces anomalies.

L’autre défi de taille restera les investitures au sein des coalitions et autres états-majors. Aucune entité n’échappe à ce risque de problèmes internes et/ou implosion dus aux querelles de positionnement sur les listes de candidature. De la coalition présidentielle où les déclarations de candidature fusent de partout, à celle de Yewwi Askan Wi, en passant par celle en gestation du Parti démocratique sénégalais (Pds) et ses alliés, ou encore la «grande» coalition Gueum Sa Bopp, toutes pourraient être exposées à des tensions le moment venu.

L’implosion de Mankoo Taxawu Sénégal, la grande coalition de l’opposition, à la veille des élections législatives de 2017, en dit long.

JEAN MICHEL DIATTA

Leave a reply