Finale ligue des champions real Madrid Dortmund ce samedi ( 19 h) : une finale grand écart

0
107

Le Real Madrid, monstre sacré de la C1, s’avance avec sa myriade de stars vers la finale de Wembley, ce samedi 1er juin, en ultra-favori face au Borussia Dortmund, outsider au plus petit budget, porté par un collectif et le doux « rêve » de réaliser l’impensable.Deux invités de marque ce samedi dans le Wembley Stadium de Londres. Jamais un temple n’aura si bien porté son nom.  

La reine des compétitions européennes livre son épilogue à Londres, un an après le premier sacre de Manchester City, à Istanbul, survenu au bout d’un combat serré contre un autre finaliste inattendu, l’Inter Milan. Ce samedi, le palmarès, la dynamique, l’effectif et le budget pencheront en faveur des Espagnols du Real Madrid, club le plus titré de l’histoire avec quatorze étoiles, dont cinq décrochées sur les dix dernières années.

La « Maison blanche », peuplée de jeunes talents (Jude Bellingham, Rodrygo, Vinicius…) et de sacrés vétérans (Nacho, Toni Kross, Luka Modric…), entend remonter sur le trône au terminus d’une saison quasiment parfaite, parsemée de deux défaites seulement en 54 matches.Le Real de Carlo Ancelotti n’est jamais aussi fort que quand retentit l’hymne de la Ligue des champions, sa compétition fétiche, celle de ses coups d’éclat les plus retentissants.« Tous ceux qui aiment le football savent que le Real Madrid est une équipe spéciale dans cette compétition, nous ne l’avons pas inventé », a déclaré vendredi Nacho, le capitaine, pour qui « c’est aussi une grande responsabilité ».Pour rallier Londres, les Madrilènes ont égalisé deux fois contre Manchester City (3-3) en quart de finale aller, gardé les nerfs solides au retour (1-1, 4-3 t.a.b.), tenu en échec le Bayern à Munich (2-2) puis renversé les Allemands en demi-retour (2-1) avec deux buts très tardifs.

« Rêve » contre « mission »

Malgré cela, Dortmund ne veut pas venir à Wembley sur la pointe des pieds. Ou alors, s’il le fait, c’est pour pouvoir regarder l’ogre madrilène dans les yeux.« On joue contre une équipe qui est bâtie pour gagner la Ligue des champions, dont la mission est de gagner la Ligue des champions. Quand on a une mission à remplir, on peut la manquer. Nous, on a un rêve. C’est la différence entre un rêve et une mission », a lancé Edin Terzic.L’entraîneur de Dortmund sait que la flamme de la passion peut brûler les ailes d’adversaires bien plus costauds. Après tout, son Borussia a dominé le « groupe de la mort » (Paris SG, AC Milan, Newcastle) avant de faire tomber l’Atlético Madrid d’Antoine Griezmann et le PSG de Kylian Mbappé.« Maintenant, c’est le champion absolu dans l’histoire du foot et dans cette compétition, qui nous attend », a résumé l’Allemand de 41 ans. « Je suis intimement convaincu que sur un match tout est possible » et si quelqu’un l’a montré cette saison, « c’était nous », a-t-il glissé.Le Real a remporté ses huit dernières finales européennes, son dernier échec date de 1981, « mais tout ça ne compte pas », a insisté le manager du BVB, cinquième de la dernière Bundesliga. Dortmund, club historique de la Ruhr industrielle, a peu goûté à l’ivresse des sommets ; deux fois, il s’est hissé en finale, pour le meilleur (victoire 3-1 en 1997 contre la Juventus) et pour le pire (défaite 2-1 en 2013 contre le Bayern).La dernière fois, c’était à Wembley, déjà, et le jeune Terzic, 30 ans à l’époque, avait fait le voyage dans le car des supporters.Cette fois, l’entraîneur sera sur le bord de la pelouse, avec la bruyante marée jaune et noir au soutien derrière lui. La ferveur légendaire du public allemand ne sera pas de trop pour contrecarrer les plans du Real, machine à gagner d’année en année, capable de combler sans sourciller le vide laissé par Karim Benzema. Le départ en Arabie saoudite du Ballon d’Or 2022, ex-capitaine et buteur prolifique, n’est plus qu’un lointain souvenir pour les supporters des « Merengues », désormais sous le charme de Jude Bellingham. À 20 ans, le milieu anglais symbolise autant la puissance sportive et financière du Real, capable d’aligner plus de 100 millions d’euros pour le recruter, que les limites du Borussia, sa pépinière de 2020 à 2023, incapable de retenir plus longtemps un si grand talent. Deux mondes s’opposent à Wembley, et un seul triomphera. Celui du Real, encore une fois ? Ou celui de Dortmund, pour une fois ?

Leave a reply