Fleuves Sénégal et Gambie : Serigne Mbaye Thiam décrit une situation préoccupante des zones comme

0
327

Une situation préoccupante dans plusieurs localités, a décrit, Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’eau et de l’assainissement à propos de la situation hydrologique des fleuves Sénégal et Gambie. Selon le ministre qui s’est inquiété de la situation des zones comme Podor, Dagana, Bakel  et Matam, annonce par ailleurs que pour le fleuve Gambie, la hausse du niveau de l’eau s’est accélérée ces dernières 48 heures à Kédougou et se rapproche de plus en plus de la Cote d’alerte dans cette localité. D’après le communiqué du ministre de 3,97 mètres le 10 septembre à 8 heures, il est monté à 6,48 mètres ce dimanche 11 septembre à 18 heures alors que la cote d’alerte est de 7 mètres, soit une hausse rapide de 2,51 mètres en moins de 48 heures.

Le même document d’indiquer en ce qui concerne Matam « le niveau de l’eau qui était à 7,80 mètres ce dimanche 11 septembre à 08 heures est monté à 7,83 mètres à 18 heures, soit à 17 centimètres de la cote d’alerte qui est de 8 mètres ».

Pour Podor « le niveau de l’eau qui était à 4,75 mètres ce dimanche 11 septembre à 08 heures est monté à 4,77 mètres à 18 heures, soit à 23 centimètres de la côte d’alerte qui est de 5 mètres ».

Pour ce qui s’agit de Dagana, le ministère indique que « le niveau de l’eau qui s’est stabilisé à 3,30 mètres depuis plusieurs heures reste toujours très proche de la cote d’alerte qui est de 3,5 mètres ».

Pour Bakel, « le niveau de l’eau qui était à 9,15 mètres ce dimanche 11 septembre à 08 heures est monté à 9,45 mètres à 18 heures, soit à 55 centimètres de la cote d’alerte qui est de 10 mètres ».

Le ministère prévient qu’en cas de fortes pluies au niveau des hauts bassins des fleuves Sénégal et Gambie et des localités susmentionnées dans les prochaines heures, « des débordements desdits cours d’eau pourraient y survenir »
Donc « compte tenu de ces informations, les populations riveraines et les porteurs d’activités aux abords fleuve Gambie à Kédougou et du fleuve Sénégal sont invités, parallèlement aux diligences que l’Etat aura à entreprendre, à observer une vigilance maximale et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour se prémunir d’éventuels dégâts qui seraient liés au débordement du cours d’eau »

O G

Leave a reply