« Force va rester à la loi », prévient Aminata Touré, suite à l’appel à la mobilisation lancée par Sonko

0
293

Réponse du berger à la bergère. La coalition présidentielle n’a pas tardé à réagir après la sortie de leurs adversaires de Yewwi Askan Wi, suite au rejet de leur liste départementale de Dakar pour non respect de la parité.

« Nous avons entendu toutes les bravades, mais les élections législatives se passeront comme il se doit. Nous irons à ces élections sans violence. Force va rester à la loi et nous croyons que Benno gagnera ces élections« , déclare Aminata Touré, tête de liste de la coalition Benno Bokk Yakaar, répondant à la sortie de Ousmane Sonko et YAW.

Concernant les menaces de Sonko portant sur la non participation de Benno à ces joutes, Mimi Touré assurera que rien ne se passera, dans la mesure où la mouvance présidentielle a respecté la loi. Elle admet, en fait que leur coalition a déposé 55328 parrains contre 55327 demandés. Toutefois, il dira que c’est ce surplus de un parrain qui n’est pas pris en compte, selon les dispositions de la loi.

L’ancienne Première ministre fustige par ailleurs les attaques portées contre les Institutions, accusées tout au début de l’affaire d’avoir falsifié la liste déposée par les mandataires de YAW.

« Nous dénonçons ces injures en direction de nos institutions. Nous devons donner en exemple à notre jeunesse le respect de nos institutions. Nous déplorons, pour des raisons politiques et politiciens, que des gens s’en prennent à nos institutions (…) Nous intimons l’ordre à cette opposition de respecter ces institutions », a fustigé Mimi Touré, qui n’a pas manqué d’interpeller les jeunes.

« Refusez d’être la chaire à canon de qui que ce soit », a lancé en direction de la jeunesse l’ancien ministre de la Justice qui les invite à refuser de tomber dans la manipulation.

Revenant sur les propose de Sonko, qui admet que l’erreur du non respect de la parité de la liste départementale de Dakar venait d’eux mêmes, la tête de liste nationale de Benno Bokk Yakaar estime que le premier enseignement à tirer est que l’administration n’a rien à voir de leurs erreurs.

« Ils n’ont qu’à se prévaloir de leur propre turpitude », jette-t-elle des piques à leurs adversaires politiques qui, selon elles, n’ont pas été à mesure de savoir qu’il faut respecter la parité à toutes les élections.

J M D

 

 

 

 

 

 

Leave a reply