Fortes pluies et mobilité à Dakar : le calvaire continu des usagers

0
278

Après la pluie, désordre et calvaire. Ce constat colle bien à la situation dans la région de Dakar. Après une pause de quelques jours, Dakar a renoué avec les pluies. Ainsi, en plus de la forte pluie de la nuit d’avant-hier jeudi à vendredi, plusieurs quartiers de la capitale ont enregistré des précipitations à intensités variables, semant la désolation partout.

Entre marchés sous les eaux, routes inondées, coupées ou transformées par endroits en bassins de rétention ou long fleuve, de la boue, des embouteillages monstres partout, avec des cas de carambolages ou des véhicules qui chauffent, à l’origine de retards des travailleurs et autres, le calvaire des usagers continue. En plus d’accentuer les inondations dont souffrent les populations depuis juillet dernier, réduisant à néant ou presque les efforts des équipes de pompages dans plusieurs quartiers de la banlieue dans les départements de Dakar, de Keur Massar, Pikine et Rufisque, les eaux de pluie continuent de causer d’énormes désagréments au usagers de la circulations et même de différentes installations marchandes.

En atteste, à Keur Massar, épicentre des inondations depuis 3 ans dans la région de Dakar, les principales routes et voies d’accès sont entrecoupées. Sur la route des Niayes, menant vers le Lac Rose, les eaux ont fini de transformer des tronçons de cette voie principale en de longs fleuves qui débordent sur les trottoirs et des maisons riveraines. C’est le cas par exemple entre la C3S et le terminus. Ici, à cause du mauvais état de la route avec des trous au milieu de la chaussée couverts par les eaux, des automobilistes perdent énormément de temps pour venir à bout de moins d’un km. Aucun véhicule, surtout les particuliers et taxis, n’ose s’aventurer au risque de noyer son moteur ou endommager ses organes.

Un peu plus loin, à hauteur du nouvel autopont, dépasser le rond-point du marché, en allant vers ou en provenance de Keur Massar village, relève d’un véritable parcours du combattant. Le pompage ayant réussi à libérer la voie, grâce à la pause notée ces derniers temps, les eaux ont repris possession de cet espace. Ce qui est à l’origine des bouchons énormes notés sur place ; l’on peut y perdre facilement plus de 30 minutes pour rejoindre le rond-point de la station. Les plus pressés marchent, même s’ils sont contraints d’enlever chaussures, de retrousser pagnes et pantalons et de patauger dans l’eau sale pour aller prendre un véhicule juste après l’autopont, pour éviter d’arriver en retard à destination. D’ailleurs, cet obstacle franchi, les eaux occupent une bonne partie de la route entre ce pont et la gare routière des Ndiaga Ndiaye, dans le sens Keur Massar route nationale. Pis, la station en face de ce terminus de ces cars de transport en commun est complétement sous les eaux, donc hors service.

CASTOR ISOLE PAR LES EAUX

Plus loin, sous le pont de Hann, les voitures sont déviées à hauteur du rond-point EMG, à cause de grands tuyaux du dispositif de pompage des eaux de la zone de captage vers les exutoires du canal au niveau de cette intersection. En prolongeant de quelques mètres les deux voies de Front de Terre, l’intersection de la cité des eaux devient un bassin de rétention, tout comme les rues des quartiers de part et d’autre de cette partie de l’avenue Bourguiba.

Pis, aucune voiture ne s’aventurait, hier vendredi matin, vers les stations de Castor via Bourguiba. Les eaux ayant élu domicile en face de l’agence de Senelec, avec des taxis et véhicules particuliers «noyés» à l’intérieur, il fallait procéder par un détour dans Sodida, sortir par les HLM, pour se frayer un passage. Ce qui n’est pas sans causer des désagréments, avec des voies étroites, voitures garées sur les trottoirs et des embouteillages à l’origine de retards.

ID

Leave a reply