Fouladou- Les producteurs approuvent mais réclament plus

0
345

L’annonce du prix du kilogramme d’arachide dope les producteurs. Ils sont déjà au champ pour déterrer les graines. Petite visite sur le terrain et discussion avec des producteurs du département de Médina Yéro Foulah, nouveau bassin arachidier du pays.

Le prix plancher de 250F le kg de l’arachide a fini de doper  les producteurs au Fouladou. Ici, une production record est attendue, la région va sans nul doute occuper la première place en termes de production d’arachide. Avec, en tête le département de Médina Yéro Foulah où nous avons trouvé Samba dans son village de Hamdallaye Moussa Molo. Il est en train de déterrer son vaste périmètre arachidier avec une paire de bœufs attelée à une charrue. Encore des techniques traditionnelles demandant beaucoup d’efforts physiques. La mécanisation est encore très timide à certains stades dans la chaine de production.

« Déterrer les arachides, c’est difficile avec la traction  animale. Mais c’est mieux qu’il y a quelques années auparavant où il fallait utiliser (Dibonn en pulaar) une petite houe pointue pour en faire. Mais l’espoir est permis d’arriver à des tracteurs qui peuvent faire plusieurs hectares par jour. Nous aurions aimé avoir 500F au moins pour le kg mais nous applaudissons car si les Chinois viennent, le problème des paysans va être réglé. Il faut protéger les paysans au lieu d’enrichir des industriels ».

Samba est clair : « Beaucoup d’efforts sont perceptibles dans le secteur agricole mais il y a des choix à faire pour mieux protéger les producteurs qui n’ont point de syndicat ».

Dans ce nouveau bassin arachidier qu’est le département de Médina Yéro Foulah, toutes les journées se ressemblent pour les paysans. La course est effrénée pour récupérer les graines dans le sol. Un travail fastidieux et lent qui se complique de jour en jour avec la disparition de l’humidité du sol. A Bellel Naoudé, autre village de la commune de Koulinto, Abdou S,  cultivateur de son état, accueille aussi très bien le prix au producteur mais souhaite que les Chinois puissent installer des unités de transformation dans un département comme le Medina Yéro Foulah.

« Il parait qu’ils sont très intelligents. Les Chinois peuvent nous aider avec des unités de transformation et aussi pourquoi pas de conditionnement du foin pour mieux valoriser les résidus agricoles. Nos autorités devront négocier aussi dans ce sens pour plus d’attractivité de l’agriculture ».

ABDOU DIAO

Comments are closed.