France-Allemagne: noces de diamant pour le traité de l’Élysée

0
185

Le 22 janvier 2023, Berlin et Paris célèbrent les 60 ans de leur traité d’amitié. L’occasion de commémorations, mais aussi de rattraper le Conseil des ministres franco-allemand, reporté en octobre. Le texte fondateur de 1963 est entré dans l’histoire et est souvent perçu, à tort, comme la date de départ de la réconciliation franco-allemande.

Paris, le 22 janvier 1963, palais de l’Élysée : les images sont en noir et blanc, deux hommes âgés, Charles de Gaulle, 72 ans, et Konrad Adenauer, 86 ans, signent « le traité entre la République fédérale d’Allemagne et la République française sur la coopération germano-française », plus connu sous le nom de « traité de l’Élysée ». Après la signature officielle du document par les deux hommes, de Gaulle surprend son hôte par une chaleureuse accolade.

Une déclaration commune précède le texte même du traité. Il évoque « la réconciliation du peuple allemand et du peuple français qui met fin à une rivalité séculaire et constitue un événement historique », « la jeunesse qui a pris conscience de cette solidarité est appelée à jouer un rôle déterminant dans la consolidation de l’amitié franco-allemande ». Une déclaration un peu grandiloquente pour un traité bilatéral de coopération qui prévoit des consultations franco-allemandes régulières et couvre trois chapitres, les affaires étrangères, la défense, l’éducation et la jeunesse.

En amont, le rapprochement a obtenu une onction populaire avec les voyages de chaque responsable, de Gaulle et Adenauer, dans le pays voisin. Le président français a été accueilli avec enthousiasme en Allemagne en 1962 où il a prononcé des discours en allemand appris par cœur. La visite commune des deux hommes à Reims porte ce rapprochement sur les fonts baptismaux dans la cathédrale où furent couronnés les rois français, mais aussi dans une ville qui a souffert des bombardements allemands durant la Première Guerre mondiale.

Réconciliation

Cette symbolique contribue à créer le mythe de la réconciliation franco-allemande que le traité de l’Élysée viendrait fonder, oubliant les mérites des pionniers qui, dès l’immédiat après-guerre, malgré les blessures profondes, avaient lancé les premiers échanges avec l’Allemagne ou encore l’audace des fondateurs du projet européen comme Maurice Schumann et Jean Monnet, pour ne citer que deux exemples.

Le traité de l’Élysée est devenu plus tard un lieu de mémoire franco-allemand comme la galerie des Glaces de Versailles ou Verdun. On a trop vite oublié que le texte de 1963 s’appuyait sur des fondations établies sous la IVe République avant le retour au pouvoir de De Gaulle.

L’accolade entre le président français, le premier des résistants durant la Seconde Guerre mondiale, et le chancelier allemand Adenauer, qui n’avait pas pactisé avec les nazis, est venue enrichir l’iconographie franco-allemande. Mais cette accolade fait oublier, malgré le symbole fort, que le traité de l’Élysée est aussi le fruit de tractations pragmatiques. Le projet d’union politique de l’Europe sur une base intergouvernementale, lancé par de Gaulle en 1960, avait échoué. Les autres pays ne voulaient pas remettre en cause les premiers acquis de la Communauté européenne, créée en 1957. La coopération franco-allemande constitue un ersatz pour de Gaulle. La forme exacte du texte a aussi été fluctuante. Paris souhaitait plutôt un protocole moins officiel ; Adenauer propose un traité en bonne et due forme. Il sait sa majorité instable. Certains à Bonn soutiennent le renforcement de la relation franco-allemande ; pour les atlantistes, les rapports avec les États-Unis et le Royaume-Uni restent privilégiés. Les réticences de De Gaulle à l’égard de l’Otan et son rejet d’une entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE irritent en Allemagne. Et puis le départ d’Adenauer du pouvoir est prévu quelques mois plus tard. Pour le chancelier, un traité doit permettre au texte d’être pérenne.

Un tel texte implique une ratification par le Parlement. Les atlantistes imposent au Bundestag un préambule soulignant l’importance de la relation transatlantique et leur espoir de voir la Grande-Bretagne rejoindre bientôt la Communauté européenne. De Gaulle est furieux. Il confie à Adenauer : « Les traités sont comme les jeunes filles et comme les roses : ça dure ce que ça dure. » Adenauer répliqua alors par la métaphore du « rosier qui portera toujours des boutons et des fleurs ».

Symbole mythique

Le traité de l’Élysée, symbole mythique de la réconciliation franco-allemande, est, peu après sa signature, un projet mort-né. La coopération s’avère compliquée, les projets divergent ; si de Gaulle respectait, voire admirait Adenauer, le courant ne passe pas avec la nouvelle équipe au pouvoir à Bonn. Paradoxalement, il faudra attendre l’après-de Gaulle, et surtout l’arrivée concomitante au pouvoir du tandem Helmut Schmidt/Valéry Giscard d’Estaing en 1974 pour que la relation franco-allemande, des projets communs et des initiatives européennes soient enfin à l’ordre du jour.

Avant cela, c’est surtout l’un des trois chapitres du traité, celui sur l’éducation et la jeunesse qui se révèle le plus fructueux. Des échanges ont été organisés dès l’après-guerre, des jumelages se sont développés. Six mois après le traité de l’Élysée, l’Office franco-allemand pour la jeunesse (Ofaj) est fondé. En six décennies, près de dix millions de jeunes des deux pays ont participé à des échanges soutenus par cet organisme dont les moyens ont été réévalués durant la dernière décennie. L’Ofaj a aussi servi de modèle pour rapprocher les jeunes générations issues de pays au passé commun conflictuel comme entre l’Allemagne et la Pologne ou la RFA et la Grèce. Malgré ces succès, une des ambitions affichées dans les années 1960 est restée un échec, celle d’un maintien, voire d’un développement de l’apprentissage de langue du voisin qui recule dans les deux pays. La compréhension mutuelle reste modeste, surtout du côté français.

Le courage de travailler ensemble après 1945

Soixante ans plus tard, le traité de l’Élysée figure, malgré un départ difficile, au panthéon franco-allemand. D’autres moments iconiques sont venus le rejoindre. Dans les années 1980, le discours de François Mitterrand devant le Bundestag pour appuyer la politique de défense et de sécurité du chancelier Helmut Kohl. Un an après, en 1984, la poignée de main des deux hommes à Verdun, symbole de la boucherie franco-allemande de 1914-1918, entrait dans l’histoire. Dix ans plus tard, des chars de la Bundeswehr participent au défilé du 14-Juillet à Paris.

Lors du quarantième anniversaire du traité, célébré il y a vingt ans à Versailles où fut fondé le Reich bismarckien et signé le traité après la défaite de Berlin de 1918, le 22 janvier devient une journée franco-allemande. Ce moment symbolique reste central. Mais les pionniers des deux côtés du Rhin, qui eurent le courage de travailler ensemble après 1945, ne doivent pas être oubliés.

Leave a reply