Gamou 2021 : Tivaouane se «barricade», les sanctuaires religieuses comme à l’accoutumée

0
391

La nuit du Mawlid an-Naby, communément appelé Gamou, qui commémore la naissance du Prophète Mohamed (PSL) a été célébrée la lundi  18 au mardi 19  octobre 2021.  Cette célébration a eu, cette année, un cachet assez particulier dans la cité bénie de Maodo Malick Sy qui constitue chaque année le pôle d’attraction des fidèles musulmans.  Comme la précédente année,  Serigne  Babacar Sy Mansour, Khalife général des Tidianes, a ainsi pris la décision majeure de ne célébrer l’édition 2021 du Gamou dans sa forme habituelle, du fait de l’impossibilité de respecter strictement des mesures barrières et des risques de contaminations et de recrudescence de Covid-19 qui continuent de peser dans le pays. 

Seule la récitation du Burdah (panégyrique du Prophète, PSL), bouclée la nuit du samedi 16 octobre dernier  a été maintenu d’une manière stricte et symbolique. Mais contrairement à Tivaouane qui s’est encore «barricadée», dans les autres grands sanctuaires religieux, de Médina Baye (à Kaolack) à Thiénaba, en passant par les foyers de Serigne Abass Sall à Louga, de Ndiassane ou encore de El hadji Amadou Ndiéguéne de Thiés, le Mawlid va, le temps d’une nuit, battre le plein.

La communauté musulmane du Sénégal a célébré, dans la nuit du lundi  18 à mardi 19 octobre, le Mawlidou Naby, traditionnellement  appelé Gamou. Le temps d’une nuit, a été commémoré l’anniversaire de la venue au monde du Mohammad (Paix et salut sur lui). Cette nuit unique, qui changea la face du monde, est l’un des grands moments de spiritualités et surtout de glorification dédiés au Messager de Dieu et à la Mission universelle. Après le début du mois lunaire «Rabi al-Awwal»  et la récitation du Burdah (panégyrique sur le Prophète de l’Egyptien Boussayri), entamée depuis dix jours et bouclé, samedi dernier.

Au Sénégal, le  Gamou a pris, depuis plus d’un siècle, une  grande dimension grâce à El hadji Malick Sy. A travers sa vaste connaissance islamique et par son souci de partager la lumière prophétique, cette grande figure islamique donnera la  forme de cette célébration à travers son appel qu’il a lancé à ses coreligionnaires. Le guide le traduira dans sa fameuse déclaration : «Il n’y a aucune utilité à clamer son amour au Prophète Mohammad, si cet amour n’est pas matérialisé en action ou un suivi de sa Sunna ou Tradition». Il sera plus explicite avec cette mise  en garde en recommandant de commémorer le Gamou, conformément à la Sunna (Tradition du Prophète – PSL) et de s’écarter de tous actes contraires aux préceptes de l’Islam.

«Je vous invite à commémorer ensemble la nuit de la naissance du Messager de Dieu. Cette commémoration devrait toutefois être accomplie dans la stricte observance des principes de l’Islam et hors de tout acte proscrit par la Charia ou la Sunna». C’est tout le sens qu’il donne à cette rencontre religieuse qui, selon lui, permet surtout de s’approprier du modèle prophétique, mais en même temps de s’abreuver des bienfaits.

C’est en 1902, en effet, que l’Homme au parasol a célébré, pour la première fois, le Gamou, en compagnie d’un certain nombre de disciples, de ses «Moukhadams» et de fidèles. En prélude au Gamou, le Saint-homme a adjoint à cette célébration la récitation, à la gloire du Prophète (PSL) du Qasidat al-Burdah (Le poème du manteau), écrit  par Sharaf Muhammad al-Din al-Bousiri (1211-1294). En guise de rappelle, Al Bousiri était atteint de paralysie quand il vit le Prophète (PSL) en rêve plaçant son manteau sur les épaules. Quand il s’éveilla, il était guéri de son mal.

El Hadji Malick Sy, dans sa quête de bénédictions,  perpétua le rituel avec la récitation, durant les dix jours qui précèdent Al Mawlid, des dix chapitres qui composent le Burdah. Aujourd’hui, le Mawlid  an-Naby revêt tout un symbole au Sénégal. Pour les fidèles, il est par essence un événement de haute portée religieuse. Une occasion de communion, de rassemblement, de convergence  de fraternité, de solidarité et de concorde entre les fidèles.

UN CACHET PARTICULIER DANS LA CITE DE MAODO

Comme celui de 2020, l’édition 2021 du Gamou aura  toutefois un cachet particulière dans la cité religieuse qui a décidé de différer le grand rassemblement, rester dans la logique de prévention des risques de contamination, dans ce contexte de pandémie de Covid-19.

Dans cette voie, le Khalife général, Serigne Babacar Sy Mansour, a pris sous sa responsabilité  d’orienter  les  fidèles vers une célébration  plus décentralisée. A ce titre, différentes plateformes médiatiques ont déjà été déployées pour  les différentes actions de dévotion, causerie sur  la biographie du Prophète Mohammad. Le guide religieux a insisté au respect des mesures de prévention, à la solidarité,  à l’entraide, et à la prière pour  pouvoir vaincre ce fléau. 

Le Gamou aura cependant un toute autre écho dans les  autres sanctuaires et foyers religieux. A commencer par le Champ de courses de la ville de Tivaouane, lieu de ralliement du grand «Dahira Moustarchidina Wal Mousrarchidaty» de Serigne Moustapha Sy.

De Thiénaba à Louga, chez Serigne Abass Sall, en passant par, Médina Baye de Kaolack, le Mawlid a été maintenu dans le respect strict des mesures barrières. Le temps d’une nuit,  le modèle et la biographie du meilleur des créatures Seydina Mohammad (PSL),  sera mis au centre de cette célébration. En plus des célébrations, c’est aussi une occasion pour les guides religieux de délivrer des messages fédérateurs à l’endroit de la communauté nationale et  des croyants.

 O.D

Leave a reply