Gastronomie marocaine : le Groupe Rahal s’installe à Dakar

0
362

Devenue le symbole emblématique de la gastronomie marocaine, le Groupe Rahal qui ne cesse de briller à l’occasion des grandes rencontres internationales en Afrique concernant l’organisation et la restauration, va étendre ses tentacules au Sénégal, d’ici 2025. Selon son directeur général, Kamal Rahal Essoulami, que Sud Quotidien a rencontré au Terrou Bi, l’objectif est d’exploiter le potentiel du pays pour créer des richesses à travers une coopération Sud-Sud.

Dans son ambition d’étendre ses activités, le Groupe Rahal dirigé par l’homme d’affaires Kamal Rahal Essoulami, veut désormais s’installer au Sénégal. Spécialisée dans l’évènementiel, la restauration, la transformation, l’hôtellerie, le tourisme et l’agroalimentaire, le Groupe marocain Rahal a su marquer ses empreintes lors des grandes rencontres internationales. Du sommet de la francophonie au Gabon en passant par le sommet lusophone en Guinée Bissau, le sommet de l’Union africaine au Niger, jusqu’au sommet de l’Union Maghreb arabe en Algérie, la COP27 en Egypte et dernièrement le sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) tenu du 4 au 5 mai 2024 en Gambie, le groupe marocain a prouvé son savoir-faire partout. L’installation au Sénégal prévue d’ici 2025 devra permettre de rayonner davantage le Maroc partout, particulièrement en Afrique.

«L’avenir de l’Afrique est dans l’intégration et la coopération Sud-Sud»

«Aujourd’hui, notre volonté, c’est de s’installer au Sénégal comme première destination et ensuite opérer dans d‘autres pays en Afrique. Notre volonté, c’est de faire partager notre expérience. Comme vous le savez, sa Majesté le Roi Mohamed VI dit que le Maroc est convaincu que l’avenir de l’Afrique est dans l’intégration et la coopération Sud-Sud. Nous devons capitaliser nos ressources naturelles et humaines pour promouvoir le développement durable et l’autonomisation économique de notre continent. On a travaillé sur le Maroc. Aujourd’hui, sous la vision clairvoyante de sa Majesté, on veut contribuer, partager notre savoir-faire pour le bien de notre continent, du Sénégal. Ensemble, on a les moyens humains», a fait savoir Kamal Rahal Essoulami.

Tout de même, il faut dire que le Maroc a déjà géré l’organisation de plusieurs grands évènements au Sénégal comme le sommet de l’OCI, Africités (Conférence panafricaine organisée par Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique), le sommet de l’Union africaine et de la Francophonie. «On croit à l’Afrique, au futur de l’Afrique, dans le partenariat Sud-Sud parce que l’Afrique a ses ressources et surtout des hommes et des femmes sur qui on peut compter pour promouvoir les secteurs d’activités. Donc, si on veut promouvoir par exemple promouvoir l’hôtellerie, il faut promouvoir toutes les personnes qui sont actives dans le secteur. C’est-à-dire les chefs, les cuisiniers, les cuisinières, les pâtissiers, les boulangeries, les chefs de réception», a souligné l’homme d’affaires. A l’en croire, il y a du potentiel en Afrique et il suffit de l’exploiter pour développer le continent. «Il y a la souveraineté territoriale, industrielle, alimentaire et aujourd’hui, une grande partie des fruits ou des produits africains ne sont pas exploités. 70% ne sont pas utilisés. 25% exportés et 5% transformés. Donc, il y a du potentiel. Notre vision, c’est de voir ce qu’on peut faire ou ce qu’on peut opérer dans la transformation que ça soit du poisson, les mangues, les noix de cajou. On va donc voir comment on peut ramener notre expertise à travers notre groupe et d’autres partenaires pour faire évoluer l’agroalimentaire et la transformation surtout aujourd’hui qu’il n’y a pas de chaine de froid», dira Kamal Rahal Essoulami.

Poursuivant son propos, il ajoute : «Aujourd’hui, on veut créer de la richesse. C’est-à-dire s‘installer avec nos bureaux, nos unités de production que ça soit la cuisine, la pâtisserie ou la boulangerie et de créer des richesses dans la transformation parce que l’Afrique a besoin de créer de la richesse, de la valeur ajoutée. Aujourd’hui, il ne faut plus venir pour prendre des richesses et partir. Il faut venir pour créer de la richesse, de l’emploi et exporter avec une forte valeur ajoutée. Au Maroc, on opère dans pas mal de secteurs, notamment dans la restauration des entreprises, pour les prisons parce qu’avec un même budget, on peut faire mieux. Donc, aujourd’hui, il y a beaucoup de secteurs qu’on peut développer la main dans la main, avec nos frères sénégalais».

Concernant ainsi le début de l’installation au Sénégal, le Groupe Rahal mise surtout sur la formation. «On va essayer de travailler dans la formation parce que si on n’arrive pas à faire de la formation à niveau, on ne peut pas développer le service. Le service est très important pour l’hôtellerie, la restauration et le tourisme», a fait savoir le DG du groupe Rahal. Revenant sur le nombre d’emplois que le Groupe peut créer au Sénégal, il précise que cela peut aller jusqu’à 5000 au bout de trois ans en mettant le curseur sur l’autosuffisance alimentaire qui tient à cœur les autorités sénégalaises. D’ailleurs, tous les régimes qui se sont succédé, ne sont pas arrivés à résoudre la question. «Il y a déjà un problème qu’il faut soulever, c’est tout ce qui est agriculture. Aujourd’hui, le Sénégal importe beaucoup. Il faut essayer de travailler sur l’agriculture. Dernièrement, on a montré qu’au Nord, on peut y développer la culture du blé. Je crois qu’il y a du potentiel. On a juste besoin de sensibiliser les gens à retourner vers la terre. Tout se trouve au niveau de la terre. Il faut juste sensibiliser et trouver comment développer l’agriculture et avoir déjà 40, 50, 60% qui peut se développer et là, on pourra travailler sur beaucoup de choses», a dit Kamal Rahal Essoulami.

Il souhaite ainsi rencontrer les autorités sénégalaises dans le cadre de son projet. Il faut dire qu’aujourd’hui le Groupe Rahal est devenu le symbole de la gastronomie marocaine.

Mariame DJIGO

Leave a reply