«GENERATION SUD»-Défi d’hier, challenge de demain

0
1419

Pari insensé, prétention injustifiée, besoin d’un ailleurs pour des aventuriers.  Dans un torrent de sarcasmes, que n’a-t-on dit quand, Babacar Touré, le regretté Ibrahima Fall, Sidy Gaye, Ibrahima  Baxum et moi avions lancé «Sud communication» un matin de mars 1985, avant d’être rejoints par d’autres  confrères ? Le cours de l’histoire a  confondu  les contempteurs et fait mentir les présages.  Vingt six ans  après l’enfantement, un devoir. Pas celui d’inventaire mais de mémoire et  de prospective. Témoignage. Manifestation d’une ambition. Celle qu’un père, du cercle des premiers de cordée, peut  nourrir  pour un fils éduqué dans les épreuves et déterminé à    creuser son sillon dans le vaste champ des médias. Il doit lui  dire  pourquoi et comment  ce qui est fait l’a été,  et  l’amener ainsi  à prendre la mesure des défis pour construire l’avenir. Une manière de l’ aider à mieux lire la trajectoire de «Sud» et de lui indiquer les pistes à emprunter pour  que le groupe  survive à ses fondateurs.

1986, année repère. Le Sénégal  venait à peine, avec Abdou Diouf légitimé par le suffrage universel,  d’entrer dans un autre temps. Cheikh Anta Diop tirait sa révérence après des années de combat. Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics), né dans la douleur  avait pris le relais de  l’Union nationale des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Unpics)  dont la mise en place a été pilotée par l’Amicale des anciens du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) soutenue par quelques journalistes et techniciens en service dans d’autres structures. 

L’Association nationale des journalistes sénégalais (Anjs) réduite à un «club house» de  directeurs, rédacteurs en chef, chefs de service, militants socialistes ou proches du régime  tenta sans succès, de s’opposer aux changements avant de sombrer, au lendemain de la publication, à l’occasion de la fête du travail ,  d’un manifeste retentissant. Acte fondateur d’une nouvelle vision des médias, plaidoyer pour le renforcement de la démocratie.  Le Synpics prenait du galon avec la renégociation de la Convention collective des journalistes et techniciens de la communication sociale, l’élaboration d’un code de la presse et   contribuait largement à la création, à Dakar, de l’Union des journalistes de l’Afrique de l’Ouest (Ujao) avant d’adhérer à l’Organisation internationale des journalistes (Oij) puis à la Fédération internationale des journalistes (Fij) et de prendre une part décisive dans la redynamisation  de  l’Union des journalistes africains (Uja). Rayons sports, le cauchemar de «Caire 86», avec l’élimination prématurée  des «Lions »  du Sénégal de la Coupe d’Afrique des nations de football (Can), peuplait les nuits des affidés du ballon rond.

Au carrefour de ces évènements, la presse. Elle en rend compte mais  peine à bien tenir sa plume, à rendre audible sa voix, à montrer les images du vécu des Sénégalais d’en bas. Dans les rédactions des organes du service public pourtant animées par des journalistes de talent, de grande expérience, fins connaisseurs du pays et du reste de l’Afrique, grands reporters, enquêteurs méticuleux, éditorialistes perspicaces,  des baronnies se constituaient et des mandarins  veillaient  au grain. Difficile dans ce contexte de passer entre les mailles du  filet de ce qui, sans en avoir l’air, était une «police  de la pensée» et d’exercer son métier dans les normes établies.

l fallait souvent, avec la complicité de certains ainés marginalisés du simple fait de leur rigueur professionnelle, user d’artifices pour faire passer des articles  en contournant l’imprimatur du chef ou de son adjoint.  La compétence n’était pas toujours récompensée. L’avancement se faisait à la tête du… journaliste. Une disposition de la Convention collective des journalistes appliquée à partir de 1973 établissait que seule l’accession à des responsabilités dans la rédaction pouvait entrainer une revalorisation salariale. Conséquence : un journaliste pouvait aller à la retraite avec sa catégorie d’embauche. 

Engagement

On se surprenait à penser qu’il n’était pas utile de subir une formation, tant la pratique était aux antipodes des enseignements reçus. Le journaliste étant alors considéré comme un agent de développement, son rôle et sa fonction ne se conjuguaient ni avec la liberté de presse sans entraves, ni avec le refus des connivences et des enfermements dans la stricte observance de la ligne du parti au pouvoir. Il n’est pas, jusqu’à l’engagement dans le Synpics dont la direction  était  considérée  par les hiérarques socialistes et leurs relais dans la presse comme un repaire de gauchistes, qui n’était prétexte à  marginaliser des militants syndicaux.   

C’est dans ce contexte que Babacar Touré, le plus résolu d’entre nous dans le combat pour une pratique professionnelle rénovée, la réhabilitation du métier de journaliste, mais aussi le plus entreprenant,  de retour  des Etats-Unis où il poursuivait ses études,  eut l’idée de convier  quelques uns de ses anciens collègues du «Soleil», des condisciples du Centre d’études des sciences et techniques  de  l’information (Cesti) a  une réflexion. Dimanche studieux. «Sud » est lancé. Le groupe s’élargit au cours d’une autre rencontre.  «Sud», nom chargé de symbole au moment où le dialogue Nord-Sud, la bataille pour l’instauration d’un nouvel ordre de l’information et de la communication (Nomic) rythmaient le  quotidien du monde.  Seul, Babacar Touré n’aurait pas pu faire «Sud». Mais sans lui, «Sud » n’aurait pas existé. Que de pressions amicales il a fallu pour qu’il accepte d’en être le Président !

Quand on se lance un défi, on pense aux  moyens pour le relever. Que faire ? Se cotiser. 100 000 francs Cfa par personne. Les salaires suffisant à peine à assurer l’ordinaire, tout le monde ne pouvait s’aligner. Finalement, on se décide à laisser le soin à tout  partant  d’apporter sa contribution. En nature ou en espèces. Une table, une chaise, une machine à écrire… Une mutualisation des maigres moyens en somme.

Des vœux aux actes. Le groupe de départ s’étiole avec, notamment,  les renoncements de certains «metteurs en garde» à l’engagement tiède. Un local où travaillait notre regretté confrère Modibo Sounkalou Keita, l’auteur de « l’archer bassari » affecté à Abidjan  est loué, non sans tracasseries, même pour  l’installation d’une ligne téléphonique, à la rue de Bayeux dans le quartier du plateau à Dakar pour servir de bureau. Babacar Touré,  alors responsable du département communication de Enda  Tiers monde démissionne, prend en charge le loyer mensuel et l’équipement, l’occupe  avec Abdoulaye Bamba Diallo,  aujourd’hui éditeur de «Nouvel horizon», et Mame Fatou Fall son assistante  pour coordonner les activités de la structure naissante. Les autres  membres du groupe restent dans leurs rédactions tout en participant aux activités de «Sud», principalement la  confection de «Sud Magazine», première publication  de presse  réalisée au Sénégal en utilisant la production assistée par ordinateur(Pao) et pour quelques années, le navire-amiral du groupe. 

Une disposition de la Convention collective des journalistes donnait en effet la possibilité, à tout journaliste  salarié d’un organe de presse, de collaborer avec une publication à la condition qu’elle ne soit pas concurrente.  C’était le cas  avec «Sud Magazine», trimestriel d’information  dans un paysage médiatique où il côtoyait le «Soleil» quotidien, l’Agence de presse sénégalaise (Aps), la revue mensuelle du ministère de la communication.

 Le premier numéro sort des presses quelques semaines plus tard, grâce notamment au soutien de Paul Nejem, ami de Babacar Touré, alors responsable à l’Imprimerie Saint Paul,  qui a pris le risque de le fabriquer sans un franc d’avance, sur la base de la seule confiance et de son engagement de militant. Louis Diouf, son supérieur hiérarchique, a su fermer les yeux sur les factures impayées, qui ont fini d’être payées deux années plus tar.

En couverture, Cheikh Anta Diop,  le contemporain capital, sous la signature de Boubacar Boris Diop et un dossier sur  «Les chemins de l’intégration africaine», confié et coordonné par Sidy Gaye. Bonne vente. Accueil encourageant. Près de deux ans après, en désaccord avec la direction du «Soleil» sur des affectations qui, en fait étaient opérées dans le dessein de casser le  Syndicat des professionnels de l’information et de la Communication du Sénégal (Synpics), Ibrahima Fall, Sidy Gaye et moi-même démissionnons du journal. Au cours de la période de préavis imposé par la direction du quotidien de Hann, Me Abdoulaye Wade me fait appeler par notre confrère Mamadou Omar Ndiaye, actuel directeur de publication du «Témoin»  et me propose de  diriger un journal  qu’il voulait lancer avant les élections présidentielle et législatives de 1988.Après l’avoir remercié, je décline l’offre en lui indiquant qu’avec Ibrahima Fall et Sidy Gaye, notre option était de consacrer tout notre temps à «Sud» qui quitte la rue de Bayeux pour la rue Raffenel. Le pape du «Sopi» lancera «Sopi » avec le succès que l’on sait.  Dès le début, Ndèye Coumbay Niang, secrétaire et opératrice de saisie, Pape Ndoye,  sont suivis de Thiémokho Coulibaly «Thié », photographe, Amadou Sall «Leum», affecté à la documentation et au courrier, Cheikh Alima Touré, chargé des finances rejoignent le groupe à titre permanent.  Le 17 décembre 1987, comme pour faire un clin d’œil à Mamadou Dia, le grand Mawdo, ancien président du conseil du gouvernement du Sénégal accusé, à tord, d’avoir fomenté  le 17 décembre 1962 un coup d’Etat, «Sud hebdo», bimensuel comme son nom ne l’indiquait pas alors , s’affiche dans les kiosques. Le périodique  dont le secrétariat de rédaction était assuré, des années  durant  par Tidiane Kassé, actuel directeur de la publication de «Walf Sport», marque son territoire et se permet même de faire un pied de nez au gouvernement de Abdou Diouf en bravant, seul de toute la presse,  l’interdiction de sortir  lundi  29 février 1988 pendant l’Etat d’urgence avec, barrant sa «Une», le titre «Wade perd et gagne».

Valeurs

Pour prévenir toute saisie de l’édition, des centaines de numéros sont planqués puis mis sur le marché vers midi. Me Wade en prison en compagnie d’Amath Dansokho, entre autres leaders avant  même la proclamation des résultats du scrutin, «Sud hebdo» tourne autour d’une actualité alimentée par les manifestations, la rue, les procès. Le périodique devient un hebdo du jeudi, cohabite pendant des mois avec «Sud magazine», puis «Sud international», « Sud au quotidien» en 1993, premier quotidien édité au Sénégal  vendu à 100 FCfa, conçu pour une couverture plus serrée des élections présidentielles et législatives, «Sud week-end».  Finalement « Sud au quotidien» laisse  le terrain libre à «Sud quotidien»,   premier quotidien privé du Sénégal dans le sens plein du terme. «Taakussaan», lancé par Me Abdoulaye Wade ne paraissait pas tous les jours ouvrables mais au plus, trois fois dans la semaine. Le groupe s’attaque  avec succès aux monopoles  sur  la presse écrite quotidienne, la radio, la télévision, la messagerie de presse, l’enseignement du journalisme,  qui tombent  après d’âpres combats.

1994.  «Marketing Presse» distribue au Sénégal et à l’étranger les publications du groupe et d’autres périodiques, «Sud Fm», première radio privée du Sénégal émet. «Sud online», site du groupe est mis en ligne. Deux ans après, l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (Issic) ouvre ses portes, assure la formation des  journalistes, techniciens et communicateurs, offre des bourses à des jeunes  travaillant à «Sud» et dans d’autres organes de presse. «Sud vision» balise la voie pour «La Chaîne africaine»(Lca), première télévision sénégalaise par satellite qui arrose alors, à partir de  Paris et  au grand bonheur des Sénégalais établis en Europe et en Afrique du nord, tout le bassin méditerranéen, permet de vivre la campagne électorale pour la présidentielle 2000.

Me Abdoulaye Wade visite les installations et promet, s’il  est élu, d’aider à rapatrier  la chaîne à Dakar.  Des éditions spéciales sur le 90eme anniversaire du Président Senghor, la coupe d’Afrique des nations de football en 2002 au Mali, Mai 68, Mamadou Dia,  un quotidien sportif «Match» mis en jeu avec des amis, «Sud Santé», ont aussi jalonné le parcours du groupe. Pas un domaine des médias n’a été laissé en friche.  L’équation des moyens s’est toujours posée.

Certains ont  décidé de quitter le groupe. D’autres l’ont rejoint. Journalistes sénégalais comme d’autres nationalités.  Les procès, les chausses -trappes, n’ont pas manqué au point qu’ils sont nombreux à  se demander comment, en dépit de toutes les difficultés, «Sud » a pu voguer dans une mer aussi agitée. L’explication est  dans  «l’esprit Sud» : une attitude, un comportement, un attachement à des valeurs cardinales de dignité, d’intégrité, de justice et une volonté d’intervenir dans l’espace public en pratiquant notre métier avec honnêteté, rigueur. 

Le terreau qui a permis  de cultiver et d’entretenir cet esprit, est un compagnonnage  de plus de trente cinq ans du noyau des membres fondateurs, né à l’école, au «Soleil » mais aussi  un militantisme matinal dans les structures associatives, estudiantines, la fréquentation de cercles politiques libéraux ou de gauche, l’implication dans des syndicats. Ces chemins empruntés ont  préparé nombre de membres fondateurs du groupe à relever les défis.

Souvent sollicité par des pays, des organisations internationales pour  aider à associer les organes de presse dans l’observation des élections, à élaborer des guides de l’électeur dans les langues nationales avec le Pr Sakhir Thiam , président de l’Université Dakar-Bourguiba, penser  des politiques et législations sur les médias, leur financement, «Sud» a participé à plusieurs fora,  manifesté  à Soweto comme partout où  des campagnes ont été  menées son soutien dans la lutte de  confrères sud africains tel  Zwelakhe Sisulu  du «New nation», pour abattre l’apartheid. Invités en 1991 au  séminaire pour le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste co-organisé à Windhoek en Namibie,  par l’Onu et l’Unesco, des responsables du groupe ont  animé des ateliers organisés par le Ndi  des Etats Unis,  la Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest dirigé par le Pr Kwamé KariKari. La contribution  de «Sud» a été saluée, au colloque sur le pluralisme dans les médias au siège de  l’Unesco à Paris et au symposium sur la défense de la liberté de presse à Bruxelles, de même que sa participation à la préparation et à la direction des Assises francophones de la Communication, au Sommet de la Francophonie de Chaillot.  Que de combats menés avec «The  Point» de Banjul managé par  Deyda Hydara  assassiné en Gambie, «Jamana» alors dirigé par Alpha Omar Konaré, Chef de l’Etat du Mali des années après, «Le Messager» de Douala au Cameroun  de feu Pius Njawé, «La Gazette du golfe» d’Ismael Soumanou du Bénin, «Aské» du Niger piloté par Ibrahima Cheikh Diop,  (Ibricheikh) !

PRECEPTES

Dans la formulation de l’offre éditoriale, nous  adoptons les postures de  guetteurs de l’instant mais aussi  d’analystes et d’investigateurs. Nous n’avons jamais  tenté de réinventer le journalisme mais  cherché à faire entendre toutes les voix, à donner du sens  aux nouvelles pour éclairer, du mieux que possible, les  situations. Cette manière d’opérer  n’agrée pas,  bien entendu certains,  prompts à faire le procès du groupe «Sud  communication». Tenants du pouvoir hier comme ceux aux affaires depuis mars 2000. C’est selon la position par rapport à l’appareil d’Etat. Un responsable socialiste de mes amis a même pensé  que ses camarades nous doivent des excuses car, dit-il,  «Sud»  alors considéré par son camp comme un suppôt de l’opposition, n’a pas varié, dans sa manière de traiter l’information, une fois le changement à la direction du pays intervenu.

Le journalisme  mène à tout, dit-on, mais à condition d’en sortir. Là  se pose justement le problème puisque certains chemins conduisent à des impasses. «Sud» a pu éviter d’emprunter des pistes qui mènent à l’affaissement. Il tient debout et restera sur le pont aussi longtemps que la maison sera bien gardée. Quatre préceptes fondamentaux suffisent pour qu’il en soit ainsi. Ce sont  la nécessité de n’être lié à aucune obligation autre que professionnelle, l’honnêteté, le sens de la rigueur, la sauvegarde d’un patrimoine que membres fondateurs, journalistes et techniciens, personnel administratif ont en partage avec les militants de la démocratie, les défenseurs des droits de l’homme. 

Notre époque a beau être gouvernée par la vitesse et la compétition, aucune entreprise ou communauté ne peut vivre et prospérer si le vice prend le pas sur la vertu, le renoncement, la démission sur l’effort. «Sud», membre du Conseil des éditeurs et diffuseurs de presse au Sénégal  (Cedeps), de la Fédération mondiale des journaux (Fmj)  et de la Société des éditeurs de presse de l’Afrique de l’Ouest (Sepao) est assez outillé en ressources humaines pour  aller vers de nouvelles conquêtes, ouvrir d’autres chantiers et  continuer à jouer un rôle important dans  l’information des citoyens et la création de richesses. Il suffit  de le vouloir pour être en situation de  le réussir. Le difficile fut de s’installer. Ceux qui, au «Soleil» se gaussaient du groupe de Pikine en affirmant  que toutes les  discussions dans la Zil*  de Babacar Touré  tournait autour de «Sud» en savent un bout. Tout comme la gérante de la  gargote «Darou Khoudoss»  de la rue Raffenel.  Autres temps, autre challenge, que la «génération Sud» peut relever.

*Zil véhicule de marque soviétique de l’époque. La berline de Babacar Touré était de fabrication italienne mais comme Ibrahima Fall, Ibrahima Bakhoum, Babacar  Touré, Sidy Gaye  et moi-même  qui  constituions le « groupe de Pikine » parceque résidant dans le département, étions considérés comme des communistes-pro soviétiques, (ou maoïstes) certains de nos confrères, par dérision, laissaient entendre que notre modèle de véhicule était  celui en vogue à Moscou, comme ils raillaient nos maisons qu’ils appelaient datcha, en référence aux résidences des apparatchiks soviétiques.

Abdoulaye Ndiaga SYLLA (29/03/2011)

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :