Gestion BRT : l’État signe un contrat de concession entre la société MERIDIAM

0
327

En partenariat avec le groupement Meridiam Africa Investments SAS, la SNCF International, le RATP International et ses partenaires Keolis et FONSIS, le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, via le CETUD, a procédé à la signature d’un contrat de concession pour l’acquisition, l’exploitation et la maintenance du matériel roulant et des systèmes du premier Bus Rapid Transit (BRT) électrique de Dakar. Pour une durée de 15 ans, le montant  total des investissements s’élève à 127 milliards de FCFA (35% du coût du projet),  dont 88 milliards de FCFA en investissement initial.

La mise en circulation d’un bus 100% alimenté en électricité, est une réponse non seulement à l’urgence de protéger l’environnement mais également à celui d’apporter des innovations dans le secteur du transport. Cela permettra, comme mentionné dans un communiqué du Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (CETUD), de marquer un bond considérable en faveur de la transition énergétique du secteur des transports urbains avec 59.000 tonnes de CO2 évitées par an ; l’objectif étant la promotion d’une mobilité verte, inclusive et résiliente aux changements climatiques. C’est dans ce cadre que s’inscrit la signature d’un contrat de concession entre l’Etat du Sénégal et la société française Meridiam pour optimiser les capacités du premier modèle de bus électrique en Afrique.

La première phase du projet (2022-2024), financé à hauteur de 127 milliards de FCFA et dont 30% du capital de la société d’exploitation du BRT sera porté par le FONSIS, pour le compte de l’Etat et des opérateurs locaux, porte sur 14 lignes, avec 400 bus à gaz. «Sur un linéaire de 18,3 km, reliant les villes de Dakar et de Guédiawaye, le BRT desservira 14 communes, dans les zones les plus densément peuplés et congestionnées de la région-capitale, en réduisant de moitié les temps de parcours (90 mn à 45) avec des conditions de sécurité, de confort et de régularité substantiellement améliorées», lit-on dans le communiqué.

De ce fait, ces bus à la pointe de la technologie apporteront une solution efficiente à la saturation du réseau routier, en transportant en moyenne 300.000 voyageurs par jour pour des tarifs «socialement acceptables». Hormis le fait de faciliter la circulation à la population partout dans la capitale, le BRT est également pourvoyeur d’emplois. Ainsi «1000 emplois directs seront générés en phase exploitation, dont 99% en tant que recrus locaux». Cette politique de ressources humaines vise à promouvoir le développement des compétences locales dans le secteur du transport public et à favoriser l’inclusion, avec l’accès des femmes à l’emploi. «A date, 1500 emplois sont générés par les travaux d’infrastructures en cours d’exécution, après une libération des emprises apaisés», informe-t-on dans le document.

De surcroit, la CETUD, sous la direction du ministère des Transports terrestres et du Désenclavement, lance, en parallèle, le projet de restructuration du Réseau du transport en commun (RTC), pour disposer, selon le Directeur général Thierno Birahim Aw, d’un système de rabattement sur les transports de masse (BRT et TER). Ce programme inscrit dans le PAP-2A est constitué de 32 lignes, un parc de 1000 bus neufs à gaz et électriques, 4 ateliers dépôts, plus de 80 km de voiries et trottoirs à aménager ou à réhabiliter le long des axes desservis, y compris des carrefours, des arrêts et terminus de bus, renseigne la même source.

Khadidiatou MENDY (Stagiaire)

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :