Gestion des ressources halieutiques : Greenpeace Afrique exhorte le Sénégal à publier les accords et conventions de pêche à l’image de la Mauritanie

1
408

Greenpeace Afrique vient de donner raison aux acteurs de la pêche et ceux de la société civile sénégalaise qui ne cessent de réclamer la publication des accords et conventions de pêche que le Sénégal signe avec ses partenaires. Dans un communiqué rendu public et repris par nos confrères de Pressafrik.com, l’ONG cite l’exemple de la Mauritanie frontalière au Sénégal qui a intégré l’Initiative pour la transparence des pêches (FiTI).

« Le vendredi 22 Avril 2022, la Mauritanie a procédé au lancement de son 2e Rapport de  l’initiative pour la transparence des pêches (FiTI) qui couvre les années civiles 2019 et 2020. Ce rapport traite en effet des informations relatives aux douze exigences de transparence du Standard de la FITI (Ref) et démontre les efforts mis en œuvre par la Mauritanie pour améliorer la transparence dans la gestion des pêcheries », déclare Abdoulaye Ndiaye, chargé de campagne Océans pour Greenpeace Afrique qui n’a pas manqué de donner les informations contenues dans ledit rapport.

« Ce rapport met à la disposition du public des informations inédites sur les accords et conventions de pêche entre les  pays et groupes privés étrangers, l’état des stocks, la liste des navires de pêche à grande échelle, les paiements et les captures etc. Ces données  sont indispensables et cruciales pour informer les citoyens sur le secteur de la pêche dans leur pays », estime-t-il, non sans faire la comparaison avec le Sénégal pour s’en désoler.

« Contrairement à la Mauritanie, le Sénégal tarde, depuis 2016, à compléter les étapes d’adhésion à cette importante initiative qu’est la FiTI. Pourtant, les professionnels du secteur de la pêche artisanale du Sénégal ont manifesté à maintes reprises, leur souhait de voir se concrétiser l’engagement public de son excellence, Monsieur le président de la République du Sénégal à faire adhérer le Sénégal à l’initiative FiTI », déplore M. Ndiaye.

Ainsi donc, le chargé de campagne Océans pour Greenpeace Afrique pense que si Sénégal avait intégré le FITI, la demande des acteurs de la pêche et la société civiles, celle de la publication de la liste des navires de pêche industrielle autorisés à pêcher dans la Zone économique exclusive (ZEE), serait un vieux souvenir.

Greenpeace Afrique rappelle au gouvernement du Sénégal que la bonne gouvernance prônée par les autorités débute par une « transparence dans la gestion des ressources halieutiques du pays et l’accès aux informations fiables et à jour sur la gestion de ces ressources pour les  professionnels du secteur de la pêche. »

J M D

Leave a reply