Gestion du risque systémique : une stratégie concertée et globale africaine préconisée

0
382

Pour une meilleure prise en charge du risque systémique non encore encadré par le dispositif fonctionnel, le président des Conseils d’administration de NSIA Assurances (IARD) et de NSIA Vie Assurances au Sénégal et au Mali, Sidy Faye préconise un schéma concerté et global à l’échelle continental. Il intervenait hier, à Dakar dans un panel dans le cadre de la 46ème AG du FANAF.

Le caractère imprévisible et inestimable du risque systémique provoqué par un clash dans le fonctionnement des services financiers, puis répercuté sur l’économie réelle à travers une série de réactions en chaîne s’avère inassurable en termes de capacités financières que cela requiert. Dans la perspective d’une réponse à court terme face au risque systémique du fait de son caractère inassurable en termes de capacités financières que cela requiert, il apparait rationnel vers «un schéma (dispositif) d’ensemble permettant d’aller au moins vers une assurabilité partielle de ce risque systémique», a préconisé Sidy Faye, président des Conseils d’administration de NSIA Assurances (IARD) et de NSIA Vie Assurances au Sénégal et au Mali. Il co-animait hier, mardi 24 mai, à Dakar, un panel portant sur le thème «les nouveaux périmètres du risque management, du conseil et des assurances face aux risques systémiques ». Ces animations s’inscrivent dans le cadre de la 46ème assemblée générale annuelle de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF).

A l’en croire, «il n’y a pas de réponse face au risque systémique et il faut aller vers un dispositif d’ensemble». Cette option devrait en principe permettre de relever un certain nombre de défis en termes de compréhension, de mise en place d’une plateforme régionale parce qu’il faut faire des analyses au niveau national, régional et continental pour tenir compte des spécificités en Afrique. D’où l’idée de mettre en place une plateforme africaine. Tout le contraire de l’idée agitée (avant-hier) au premier jour de la 46ème AG consistant à développer des stratégies nationales à développer dans les pays mais plutôt à une stratégie africaine qui peut être décentralisée au niveau des espace régional et par pays. Car, soutient-il, il est plus facile rationnaliser une stratégie en termes de risque systémique quand on part du haut vers le bas que le contraire. Bien entendu, chaque individu, chaque société aura assumé sa responsabilité mais dans un souci de cohérence et de partenariat dynamique avec les bailleurs, il s’avère réaliste et réalisable de bâtir une stratégie concertée et globale. Et puis ensuite développer stratégie par région, par zone.

Globalisation des mesures compensatoires

En termes de compensation, il estime qu’il est impossible de régler cette question (compensation systémique) par pays. «On ne peut pas faire des compensations par pays. Parce que lorsque ça survient dans un pays tout le monde est touché. Et de ce point de vue on ne peut gérer tout le monde pris individuellement», défend-t-il. Donc, toujours selon lui : «il vaut mieux une stratégie globale de compensation. Ce qui permettrait de compenser la survenance de part et d’autre. Et c’est l’objet même de la réassurance», a-t-il expliqué en ajoutant que les assureurs devraient réfléchir à cette démarche. Ce qui les permettrait d’avoir des capacités beaucoup plus importantes de rétention au niveau collectif pour pouvoir faire intervenir les réassureurs, les Etats et les bailleurs notamment la Banque mondiale qui est dans une grande stratégie de réduction des risques, de rétablissement après désastres. Et donc, soutient-il : «je pense qu’une une démarche globale avec nos réassureurs continentaux permettrait, et également notre régulateur d’aller plus vite et plus loin dans cette stratégie de résilience globale sur les risques systémiques», a-t-il dit.

Pour rappel, la 46ème AG du FANAF se tient du 23 au 25 mai courant à Dakar avec comme thème : «Risques systémiques : Assurance et Résilience».

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply