Google veut limiter le partage des données personnelles sur les appareils Android

0
1051

Google, suivant l’exemple d’Apple, a annoncé mercredi vouloir construire un nouveau système de ciblage publicitaire limitant le partage d’informations personnelles récoltées par les applications mobiles avec des tiers, sur les téléphones et tablettes fonctionnant sous Android.

L’objectif pour le géant du web est de trouver un nouvel équilibre entre la demande croissante de confidentialité réclamée par les utilisateurs et les régulateurs et la nécessité de permettre aux annonceurs de cibler finement leurs publicités à grande échelle, lui rapportant au passage des milliards de dollars.

L’entreprise, filiale d’Alphabet, veut prendre son temps et prévient déjà que cela prendra plusieurs années.

Sur son blog mercredi, Google rappelle que si 90% des applications proposées sur sa plateforme Google Play sont gratuites, c’est en grande partie grâce aux publicités.

Le réseau social Facebook par exemple utilise des outils sophistiqués pour étudier le comportement des membres de son réseau sur internet et ensuite proposer aux annonceurs de viser spécifiquement les profils les plus susceptibles d’être intéressées.

Mais « le secteur doit continuer à faire évoluer le fonctionnement de la publicité numérique pour améliorer la confidentialité des utilisateurs », reconnaît Google.

Apple s’est déjà engagé dans cette voie pour tous les appareils fonctionnant avec son système iOS, en obligeant les éditeurs d’applications mobiles à demander à leurs utilisateurs s’ils veulent bien être pistés une fois sortis de l’application.

Ce changement a été justifié par le respect de la confidentialité des données. Mais il n’empêche pas la société elle-même de récolter des informations, et nuit clairement à des sociétés comme Facebook ou Google qui ne peuvent plus vendre des publicités aussi bien ciblées qu’auparavant.

Meta, la maison-mère de Facebook, estime déjà que cette nouvelle règle va lui coûter 10 milliards de dollars de revenus perdus cette année.

FRANCE24.COM

Comments are closed.