Gouvernance foncière en Afrique : de jeunes panafricanistes partagent leurs expériences à Dakar

0
825

Dakar abrite depuis mardi dernier, et ce pour 4 jours, la troisième édition de la Conférence internationale sur la gouvernance foncière au profit des jeunes en Afrique (Cigofa), dont le thème porte sur «Accès des jeunes à la terre pour la paix et la sécurité en Afrique». Cette conférence annuelle, connue sous l’appellation Youth initiative for land in Africa (Yilaa), se veut une plateforme pour engager les jeunes panafricanistes à échanger leurs connaissances sur la gouvernance foncière en Afrique.

En Afrique, l’accès des jeunes et des femmes à la terre est problématique. Une situation qui déstructure le tissu social, culturel et économique, entrainant ainsi plus de faim, plus de pauvreté, plus d’insécurité, plus de conflits. En réponse à tous ces maux et obstacles, de jeunes leaders panafricains, sous l’appellation Youth initiative for land in Africa (Yilaa), ont mis en place une Conférence annuelle internationale – pour les jeunes -, baptisée Cigofa (Conférence internationale pour la gouvernance foncière en Afrique), qui constitue une plateforme permettant aux jeunes du continent d’échanger des connaissances sur des questions liées à la gouvernance foncière en Afrique. C’est dans ce cadre que se  tient, depuis mardi dernier, à Dakar, la 3ème Conférence internationale sur la gouvernance foncière au profit des jeunes en Afrique (Cigofa3).

La représentante résidente de la Commission de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa), Aïssa Kabo Sidikou, dans son mot, a rappelé, pour rassurer, que l’accès des jeunes à la terre «a été évoqué à la Commission de l’Uemoa depuis 2001, dans la politique agricole de l’union». Mais aussi poursuit-elle, «dans le Projet d’appui à la création de l’environnement foncier favorable au développement du secteur agricole que nous avons adopté au niveau de la Commission de l’Uemoa et qui a même débouché sur un chantier sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, qui prend en compte toutes les questions liées au climat et au renforcement de capacités des jeunes en matière de foncier rural».

Le Directeur exécutif de Yilaa, Innocent Antoine Houedji, convaincu qu’il y a urgence d’impliquer les jeunes dans l’élaboration des politiques foncières, dit ceci : «on a constaté que les jeunes n’ont pas accès à l’information, surtout l’information foncière. Et il faudra, pour eux, avoir accès à cette information sur le marché foncier». C’est pourquoi, justifie-t-il, «nous avons créé un espace d’échange pour que les jeunes puissent s’exprimer, partager leurs difficultés d’accès à la terre en termes d’héritage, de location et de bail, pour qu’on puisse accentuer les décisions».

JEAN PIERRE MALOU  

Leave a reply