Gouvernance territoriale : Plus de 1 milliard de l’Allemagne pour la formation des cadres supérieur à la base

0
246

Le troisième colloque scientifique international du Centre d’excellence de gouvernance locale en Afrique (Cgla) de trois jours s’est ouvert hier, jeudi 21 octobre au Centre africain d’études supérieures en gestion (Cesag). Cette présente édition a pour thème «Décentralisation et gouvernance locale en Afrique dans un contexte de crise sanitaire mondiale : leçons apprises et perspectives».

La réflexion autour de ce thème est un sujet d’actualité importante. «La pandémie de la covid-19 dont nous subissons les effets depuis presque 2 ans, affecte l’Etat, les collectivités territoriales et nous tous, en tant que familles. Elle a obligé les collectivités à faire des réaménagements et une réorganisation profonde des modes d’intervention pour s’adapter à la crise », a d’emblée déclaré le chef de mission adjoint à l’ambassade d’Allemagne au Sénégal. Il en ressort que cette crise a durement affecté les collectivités territoriales aussi bien au Sénégal, en Allemagne et ailleurs. Pour répondre aux multiples besoins des populations au plan sanitaire, social, économique avec de maigres ressources financières, elles (collectivités) se sont mises à la quête de ressources financières additionnelles pour assurer leurs charges et obligations de gouvernance», a-t-il avancé. Convaincu du rôle des collectivités territoriales dans le développement d’un pays que la République fédérale d’Allemagne a alloué 1 milliard 113 millions 500 mille, soit 1 million 700 mille euros, à travers le service allemand d’académie (DAAD) pour 4 ans. Ce financement va contribuer à la promotion de l’échange d’expérience et le savoir-faire entre les universités et instituts de recherche africains et allemands.

«Cette action, déclinée dans le cadre partenarial avec le Cegla vise à former des cadres supérieurs et des spécialistes des collectivités en Afrique de l’ouest, constitue un volet important de la stratégie Afrique de mon gouvernement», a dit le chargé de mission.  Ouattara Aboudou, directeur de la formation et des innovations pédagogiques du Cesag et représentant du directeur général du Cesag de saluer la tenue dudit colloque, qui pour lui, répond aux besoins des Etats engagés dans la décentralisation.

«Ce colloque est important en ce sens que tous nos pays se sont engagés dans la décentralisation. Et on se rend compte que pour que nos Etats arrivent à bien se comporter, il faut développer au niveau local, en même temps au national et au niveau régional ». Au plan local avec la situation de la crise sanitaire, que nous avons connu, il y a eu des impacts énormes. Des choses imprévues ont été faites et des choses prévues remises aux calendes grecques. Et tout ceci, nous amène à penser comment lorsque de pareilles situations arrivent, nous devons nous adapter pour pouvoir continuer le processus de décentralisation déjà engagé.

Donc, l’objectif de ce colloque «c’est de partager les réflexions des chercheurs qui ont réfléchi sur des thématiques liés au thème. Et à la suite, ils seront évalués par leurs pairs pour aboutir à un document intitulé : Les actes du colloque. Lequel document sera partagé par toute la communauté pour tirer les leçons de la gestion de cette crise», a-t-il expliqué.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.