Grand Magal de Touba 2022 : journée de grâce et de recueillement à la gloire du Tout Puissant

0
4685

Touba, la religieuse, est à l’heure du Grand Magal qui sera célébré dans la matinée de ce jeudi 15 septembre 2022 par la communauté musulmane et particulièrement par les disciples de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927). Cet évènement de dimension internationale, commémore le départ en exil vers le Gabon du fondateur de la voie Mouride, le «18 Safar» (2e mois du calendrier hégirien). Mais, ce pèlerinage obéit à la forte recommandation faite par le Saint homme, durant l’année 1921. «Quant aux bienfaits que Dieu m’a accordés, ma seule et souveraine gratitude ne les couvre plus. Par conséquent, j’invite toute personne que mon bonheur personnel réjouirait à s’unir à moi dans la reconnaissance à Dieu, chaque fois que l’anniversaire de mon départ en exil le trouve sur terre»,  lançait-il à ses coreligionnaires. C’est tout le sens que l’on donne aujourd’hui à cette  célébration.  Perpétué et vivifié par les principaux khalifes, le Magal de Touba réunit des milliers de fidèles en provenance des quatre coins du pays et du monde.

 

Après avoir déclenché le compte à rebours au début du mois lunaire du «Safar», les adeptes de la confrérie mouride et la communauté musulmane vont répondre, ce jeudi 15 septembre, à l’appel de Cheikh Ahmadou Bamba.  Ce sera à l’occasion du Grand Magal qui sera célébré dans la ville religieuse de Touba. L’événement commémore le départ en exil vers le Gabon de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927). Des centaines de milliers de personnes en provenance des quatre coins du pays et de l’étranger vont sacrifier, le temps d’une matinée, à ce pèlerinage religieux qui reste l’un des plus importants du pays en termes d’affluence.

Ce rassemblement est considéré avant tout comme un grand moment de dévotion et de spiritualité. Le fondateur du Mouridisme avait donné le sens de cette célébration, après les années d’épreuves passées au Gabon (envoyé à la déportation par les autorités coloniales françaises de 1895-1902), en Mauritanie (de 1903 à 1907),   les cinq autres années  de résidence surveillée à Thieyène, dans le Djolof (de 1907 à 1912) ou encore les années à Diourbel (1912-1927). Cheikh Ahmadou Bamba endurait des épreuves, chaque fois que revenait le jour anniversaire de cette date du «18 Safar».

 

«J’INVITE TOUTE PERSONNE QUE MON BONHEUR PERSONNEL REJOUIRAIT DE S’UNIR A MOI»

 

L’année 1921 sera la date charnière du Magal. C’est à Diourbel, alors qu’il attendait les mêmes épreuves, Dieu lui avait fait savoir que les épreuves sont désormais terminées.  «La peine est levée, toute la mission, qui t’as été confié, a été remplie. Tu as obtenu ce à quoi tu aspirais… Il m’a, en ce jour, exaucé au point que j’y ai obtenu la totalité des avantages que je sollicitais auprès de Lui. Quant aux bienfaits que Dieu m’a accordés, ma seule et souveraine gratitude ne les couvre plus. Par conséquent, j’invite toute personne que mon bonheur personnel réjouirait de s’unir à moi dans la reconnaissance à Dieu, chaque fois que l’anniversaire de mon départ en exil le trouve sur terre», lançait Cheikh Ahmadou Bamba, Khadimou Rassoul («Serviteur du  Messager de Dieu»), en guise de gratitude,  pour témoigner sa reconnaissance («Thiante»)  au Seigneur après que tous ses vœux aient été exaucés.

Le Magal est donc un moment, une occasion de rendre grâce à Dieu pour avoir permis à Serigne Touba d’accéder à un grade supérieur dans la hiérarchie spirituelle. Le Saint homme ajoutera que «Celui pour qui mon bonheur est le sien, où qu’il se trouve, devra tout mettre en œuvre le jour du ‘’18 Safar’’ pour rendre grâce à Dieu, mes remerciements personnels ne pourraient suffire pour témoigner ma reconnaissance au Seigneur», s’ouvrait le Saint homme à un de ses grands disciples, en l’occurrence  Amadou Diaw «Pakha».

 

REJOUISSANCE ET SPIRITUALITE  EN PARTAGE

Pour marquer la célébration, Cheikh Ahmadou Bamba avait d’ailleurs pris le soin de célébrer cette journée de grâce dans la plus stricte intimité, en enjoignant un de ses secrétaires, Moulaye Bousso, a immolé un mouton pour les membres de sa famille. Ce rituel sera recommandé aux autres dignitaires (Cheikhs). «Chacun, selon ses moyens, (de la poule au chameau) est invité à célébrer ce jour chaque fois qu’il en a l’occasion.» 

En plus des valeurs de partage, de solidarité et d’entraide, de piété ou encore de la récitation du Coran, de ses «Khassaïdes» (poèmes), des causeries sur le Prophète (PSL), le fondateur de la voie Mourides, il avait mis l’accent sur le «Berndel» (repas copieux destinés aux hôtes et  aux plus démunis). Il constitue même l’essence du Magal. Dans presque toutes les familles ainsi qu’au sein des Dahiras (associations de fidèles), des moutons, des bœufs et même des chameaux sont immolés pour l’occasion. Une quantité industrielle de boissons, de viennoiserie, de fruits et toutes sortes de mets sont fortement recommandés. Le tout selon une observation de la «Sunna» (Tradition) du Prophète (PSL). Sans oublier les visites pieuses effectuées aux sanctuaires, aux mausolées des différentes Khalifes et guides religieux qui reposent dans la cité religieuse.

LE MAGAL, DE CHEIKH AHMADOU BAMBA A AUHOURD’HUI

Célébré dans un cadre restreint par son fondateur, cette commémoration était loin de cette ampleur collective.  Du vivant de Cheikh Ahmadou Bamba, le Magal, jusqu’à son rappel à Dieu en 1927, le fief des différents guides ou  Cheikhs ont initialement servi de réceptacle pour les fidèles. Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké, avait suivi les pas de son illustre père, en déplaçant l’organisation de l’événement du «18 Safar» à Touba.

Après le rappel à Dieu du fondateur du Mouridisme, cet événement est perpétué par les différents Cheikhs et Khalifes. C’est au deuxième Khalife, Cheikh Mouhamadou Fadilou Mbacké (1945-1968) que l’on doit  cette  célébration à l’unisson du Grand Magal de Touba,  en recommandant en 1948 aux  fidèles de se rendre à Touba le jour du «18 Safar».

Après les magistères de Mouhamadou Moustapha Mbacké et  ses frères Serigne Fadilou Mbacké, Serigne Abdoul Ahad Mbacké (1968-1989), Cheikh Abdou Khadr Mbacké et Serigne Saliou Mbacké (1990-2007), Serigne Mouhamadou Lamine Bara et  Cheikh Sidy El Mokhtar  ont inauguré l’ère des petits-fils comme Khalife. Aujourd’hui, il revient à Serigne Moutagha Mbacké, actuel Khalife général des Mourides, de perpétuer depuis quatre éditions, la tradition du Magal.

Outre la quête de spiritualité, le Magal sera un moment de rencontres et d’échanges sociales et économiques. Mais surtout une occasion solennelle pour le guide des Mourides d’aborder des questions d’actualité et de donner des directives et des orientations.

Omar DIAW

Leave a reply