Grande offensive contre la traite des personnes

0
258

A l’échelle mondiale, 74514 victimes de traite ont été répertoriés entre 2017-2018, selon le rapport mondial 2020 de l’ONUDC. Environ un tiers de toutes les victimes repérées étaient des enfants. Mais tristement, c’est un crime qui rapporte gros

Dakar, le 30 juillet 2022 – Le Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC ROSEN) a commémoré le samedi 30 juillet 2022, au Centre culturel espagnol (Instituto Cervantes de Dakar), la journée mondiale de la lutte contre la traite des personnes.

Plusieurs Ambassadeurs accrédités à Dakar ainsi que de Hauts représentants d’institutions internationales ont participé à la commémoration qui a servi de cadre d’échanges et de sensibilisation sur la problématique de la traite des personnes. A l’unisson, l’ONUDC et ses partenaires ont insisté sur la nécessité de renforcer la prévention contre la traite des personnes dans la région.Le Directeur régional de l’ONUDC, Dr Amado Philip de ANDRÉS, a félicité les pays de la région mentionnant des pays comme le Cameroun, la Gambie, le Ghana et surtout le Sénégal, pour leurs efforts en matière de lutte contre la traite des personnes.

Son Excellence Joan WIEGMAN, l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Sénégal, a expliqué combien les trafiquants peuvent être charmant, usant de stratagèmes pour appâter leurs victimes à qui ils promettent monts et merveilles. Ainsi, la diplomate a appelé à plus de vigilance quand une promesse est trop mirobolante. « Les montagnes d’or n’existent pas », a-t-elle dit. Son Excellence Olga CABARGA GÓMEZ, l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne, a insisté sur la nécessité d’agir de manière collective contre la traite des personnes : « ce phénomène nous concerne tous et seule une synergie d’action peut permettre d’y faire face ».

Pour Amado de ANDRÉS, toutes les formes de traite ne semblent pas être logées à la même enseigne. Certaines sont plus mises en lumière que d’autres. « A l’échelle mondiale, la forme de la traite des personnes la plus connue, c’est l’exploitation sexuelle (53 à 60 % des victimes). On ne parle pas suffisamment du  travail forcé qui représente la deuxième forme de traite, de la troisième qui est la mendicité des enfants ainsi que de la quatrième qui est la traite aux fins de prélèvement d’organes », a-t-il relevé. Pour marquer d’une pierre blanche l’édition 2022 de cette commémoration, l’ONUDC ROSEN s’est fait accompagner par l’artiste franco-sénégalo-canadienne Alexiane SILLA qui a composé une chanson « Blue Hearts » spécialement pour cette journée et qu’elle a présenté devant les journalistes, les différentes autorités présentes à la cérémonie.

  Pour rendre la lutte contre la traite des personnes plus efficace, les acteurs étatiques comme le procureur général, la police, le ministère de l’Intérieur-, ne peuvent rien faire tout seuls, observe le responsable régional de l’ONUDC. « Il faut que les médias, la société civile, les leaders religieux  y soient aussi associés. On a besoin des leaders religieux pour communiquer le message de prévention à leurs fidèles ; les acteurs privés comme les banques, les hôtels et les compagnies aériennes, doivent faire partie aussi de la prévention », a déclaré Dr. Amado Philip de ANDRÉS.

Monsieur Siaka COULIBALY, le Coordinateur du système des Nations unies a, pour sa part, souligné le fait que « très souvent, la traite des personnes n’est pas isolée. Elle va de pair avec d’autres crimes tels que le trafic illicite de migrants, la corruption, la cybercriminalité et la criminalité financière ». Le numérique étant devenu un outil important dans le modus operandi des trafiquants, Mme Giovanie BIHA, la Représentante adjointe du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel,a lu le message du Secrétaire général des Nations Unies à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la traite des personnes.

A travers son message, le SG de l’ONU a proposé « un pacte numérique mondial pour rallier le monde autour de la nécessité d’instaurer une bonne gouvernance dans l’espace numérique ». Mme Awa NDOUR, la Représentante de la Cellule de lutte contre la traite des personnes au ministère de la Justice, a pris la parole pour mettre en lumière les efforts faits par l’État du Sénégal pour lutte contre ce fléau.Cette commémoration n’est qu’une étape parmi les actions entreprises par l’ONUDC ROSEN pour décourager les trafiquants. Le point culminant de la cérémonie a été la présentation de la chanson « Blue Hearts ». 

A l’échelle mondiale, 74514 victimes de traite ont été répertoriés entre 2017-2018, selon le rapport mondial publié en 2020 par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Plus dramatique encore, en 2018, environ un tiers de toutes les victimes repérées étaient des enfants. D’après les statistiques fournies par l’Organisation internationale des migrations (OIM) et l’Office des Nations unies pour l’enfance (Unicef), huit (8) enfants sur dix (10) qui empruntent la méditerranée centrale vers l’Europe, rapportent des faits d’exploitation et  font régulièrement l’objet  de détention.

 Le profit que génère  ce crime est évalué à 32 milliards de  dollars US entre 2017 et 2018 et l’ONUDC estime que les passeurs qui convoient des Ouest-africains vers l’Europe généreraient des profits à hauteur de 150 millions de dollars US par an. In fine, il s’agit d’in crime lucratif qui fait de victimes dramatique parce que marquées à vie. Presonne n’est à l’abri. D’où l’appel à  la mobilisation de l’ONUDC.

Seneplus.com

Leave a reply