Grève de 48 heures des blouses blanches : Bloc autour de Dr Léonce Faye

0
1065

Depuis hier, lundi 5 septembre, le système sanitaire est au ralenti. Tous les médecins, techniciens, infirmiers et médecins internes ou presque ont observé le mot d’ordre de grèves de leurs syndicats d’appartenance. Ce, pour exiger la libération de leurs collègues placés en détention depuis le 31 août dernier, suite aux décès d’une femme enceinte avec son bébé lors d’une césarienne de sauvetage au centre de santé de Kédougou.

Hier, comme aujourd’hui, les blouses blanches ont décidé de ne pas officier dans les structures de santé. Ils observent ainsi un mot d’ordre grève de 48 heures, en guise de soutien à leurs collègues en détention suite à la mort d’une parturiente lors d’une césarienne de sauvetage à Kédougou. Si le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames)  a donné un mot d’ordre de 48 heures qui risque d’être renouvelé,  les autres syndicats et associations de corps ont manifesté leur soutien au gynécologue et son équipe, dans les liens de la détention depuis mercredi dernier avant de recouvrer la liberté hier lundi.

Pour l’Association des femmes médecins du Sénégal (Afems), la perte d’une vie humaine est toujours un drame, quelles que soient les circonstances. Cependant, elle ne considère qu’il n’y a aucune faute dans les procédures et l’acte posé par le gynécologue Léonce Faye pour sauver une vie qui malheureusement n’a pas été une réussite. Selon Afems, «il n’y a aucune faute médicale ! Ceci a été confirmé par l’audit commandité par le ministère de la Santé et de l’Action sociale et par le Comité d’experts de l’Association sénégalaise des gynécologues du Sénégal (Asgo».

Devant le tableau clinique présentée par la patiente à l’arrivée au centre de santé dont diabétique, surpoids, l’Afems a soutenu que toutes les techniques utilisées rentrent dans le cadre des procédures de prise en charge reconnues et validées par la pratique obstétricale. Mieux, les femmes médecins rappelle que «l’Article 36 du Code de déontologie médicale de 1966 de l’Ordre national des médecins du Sénégal stipule que : «Au cours d’un accouchement dystocique ou prolongé, le médecin doit se considérer comme étant le seul juge des intérêts de la mère et de l’enfant, sans se laisser influencer par des considérations d’ordre familial»…

Sur l’affaire du décès maternel de Kédougou, l’Afems a renseigné que «le retard à la consultation a été déterminant dans la cascade morbide. Malgré les injonctions du personnel de santé et la prescription de césarienne avant le travail par le spécialiste, l’arrivée tardive au centre de santé a considérablement réduit les chances de survie de la mère et du bébé».

Tout comme les femmes médecins du Sénégal, l’Association des chirurgiens-dentistes a aussi donné le mot de grève ainsi que les techniciens supérieurs, les Associations des infirmiers et les internes des hôpitaux.   Dans les différentes structures de santé, seules les urgences ont reçu des malades. Aucune consultation, ni de garde n’ont été observés. Pour ces derniers, l’urgence est de libérer l’équipe soignante !

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply