Grève de 72 h des acteurs de la santé : vers l’unité d’action pour des acquis substantiels

0
961

Pendant  trois jours, les « 30, 31 mars et le 1er avril prochains », deux grands cadres unitaires des syndicats de la santé vont aller en grève, en même temps. Il s’agit de l’alliance And Gueussem et de la Fédération des syndicats de santé (F 2S). Occasion pour le Dr Mohamed Lamine Ly de la F2S d’appeler à l’unité nécessaire des syndicats pour la satisfaction des revendications multisectorielles.

 

Pour des acquis substantiels dans le domaine syndical de la santé, des acteurs de la corporation comme le docteur Mohamed Lamine Ly de la F2S appelle à l’unité  syndicale comme ce fut le cas avec les syndicats de l’éducation qui ont obtenu gain de cause. « Ce sont les transporteurs, qui faisant preuve de détermination et d’un esprit unitaire remarquable, ont ouvert, en décembre 2021, le bal de la contestation syndicale. À leur suite, les enseignants allaient engager des actions vigoureuses, car ayant maintenant compris, que le manque d’efficacité de leurs grèves itératives était en rapport direct avec la fragmentation de leur mouvement syndical. De fait, c’est finalement, grâce à leur unité d’action, qu’ils arracheront les acquis les plus significatifs depuis plusieurs décennies », a-t-il avancé. A partir de ce mercredi jusqu’au vendredi, deux entités syndicales seront en grève en même temps,   même s’il ne s’agit pas « d’une unité d’action concertée et souhaitable » comme le souligne Dr Ly  de la F2S, on ne peut, non plus, « imputer cette coïncidence apparente à un pur hasard » a-t-il souligné. Pour plus d’efficacité dans le plan d’action, Dr Mamadou Lamine Ly a avancé : « le moment est donc venu pour la F2S et And Gueussem d’aller vers l’unité d’action, pour enfin arracher des acquis substantiels, à l’image du mouvement syndical enseignant ».

Pour le spécialiste de la santé publique, l’essor de luttes syndicales dans notre pays s’est intensifié dans la période où le gouvernement pensait voir le bout du tunnel après l’épreuve inédite qu’a constitué la dramatique pandémie de la Covid-19. «La guerre russo-ukrainienne risque de plonger la plupart de nos pays dans une crise dont la nature et l’ampleur sont difficiles à évaluer, au regard du bouleversement des paradigmes économiques en cours » a-t-il laissé entendre. Et de poursuivre : « si nos décideurs en sont arrivés à cette situation des plus inconfortables, ils ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes, car ayant passé le plus clair de temps à faire dans le dilatoire, refusant d’appliquer des accords qu’ils avaient eux-mêmes signés, au moment où ils engageaient l’État dans la création d’institutions budgétivores ou autres dépenses somptuaires, loin d’être prioritaires ».

L’agitation syndicale en cours est, selon le spécialiste de la santé,  plus le fait de syndicats de base dont les militants sont confrontés aux dures réalités de la crise économique, que des centrales syndicales. « Malheureusement, les organisations ayant fait les beaux jours de l’autonomie syndicale voire du syndicalisme révolutionnaire, caractérisées par un immobilisme flagrant au niveau de leurs instances de direction, donnent parfois l’impression d’avoir pour vocation de servir d’écran et d’outil de diversion face à la montée de nouvelles forces syndicales » a-t-il attesté. Et de saluer : «  le dynamisme d’organisations comme ceux de la Fédération des syndicats de la santé (F2S), qui ambitionne d’entraîner l’ensemble des travailleurs vers de véritables batailles de principe, contrastant avec les habituelles comédies syndicales du passé ».  Toutefois, la blouse blanche se désole du fait que « le Ministère de la Santé et de l’Action sociale a été complètement occulté, alors qu’il est celui dont les agents, ne disposant même pas d’indemnité de logement pour ceux n’ayant pas de logement de fonction,  sont les plus mal lotis, sur le plan du système indemnitaire »

DENISE ZAROUR MEDANG

Leave a reply