Grève généralisée du samu- national : le personnel soignant corse la mise

0
174

Le personnel soignant du Service d’assistance médicale et d’urgence (Samu) National, par le biais de ses sections syndicales logées au Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) et au Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) a décidé d’initier une grève de 48 heures, les mercredi et jeudi de chaque semaine pendant un mois, à compter du mercredi 15 Mai 2024, dans le strict respect des urgences primaires au niveau de leurs antennes respectives Dakar, Diourbel, Kaolack, Saint-Louis. Cette information est contenue dans un communiqué en date du 13 mai dernier.  Selon ces acteurs, durant cette période, aucune activité secondaire ne sera assurée dans lesdites antennes, notamment la recherche de places (Références/ Contre-références), les consultations médicales de routine, les transports intra et inter-hospitaliers, les couvertures médicales ainsi que les activités à l’Aéroport Blaise Diagne de Diass.   « Nous tenons à rappeler que cette action n’est pas entreprise de gaieté de cœur, mais comme un ultime recours pour attirer l’attention des autorités compétentes ; en l’occurrence monsieur le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale; sur nos conditions de travail devenues insoutenables et exiger des réponses immédiates à nos doléances », a renseigné la source.   Rappelons que le SAMU National, a tenu la semaine dernière une grève de 48h dénonçant publiquement au cours d’un point de presse, l’absence de réponses favorables à leurs demandes qu’il juge légitimes, ainsi que le manque de considération manifesté par leur directeur. « Malgré nos multiples tentatives pour trouver des solutions à la crise qui sévit au sein de notre institution, le directeur persiste dans une position d’intransigeance, refusant tout dialogue constructif et se lançant dans un bras de fer stérile », a avancé le personnel du Samu national. Et de poursuivre : « il est à déplorer que nos échanges avec les plus hautes autorités du Ministère de la Santé et de l’action sociale, dont la plateforme revendicative leur a été transmise depuis deux mois, n’aient abouti à aucune action concrète. Les revendications vitales du personnel du SAMU National ne semblent malheureusement pas constituer une priorité pour lesdites autorités ».

Soulignons que ces grévistes réclament une solution au problème de personnels, en plus  des heures supplémentaires non rémunérées, d’un retard de paiement des gardes et des salaires, une insuffisance de dotation en tenues de travail et d’équipements de protection individuelle, mais aussi le paiement intégral des primes Covid et la généralisation du Nepad pour l’ensemble des contractuels, le paiement des arriérés des indemnités de représentation médicale et paramédicale et  son effectivité, l’utilisation du budget alloué à la formation diplômante pour les agents, le remplacement de leur Ipm pour permettre aux agents de se soigner mais aussi des frais de déplacement. « Le personnel soignant du Samu National, dont l’engagement envers la population n’est plus à démontrer, mérite un traitement respectueux et des conditions de travail décentes. Nous restons ouverts au dialogue et à la négociation, dans l’espoir de trouver des solutions rapides et durables à cette crise », souligne le communiqué.

 

 

Denise ZAROUR MEDANG  

 

 

Leave a reply