Guinée : « Au moins 47 personnes ont été tuées sous la transition du CNRD… », selon Amnesty

0
539

C’est un nouveau rapport qui jette la lumière sur la situation « préoccupante » des Droits de l’Homme en Guinée. L’ONG Internationale de Défense des Droits Humains, Amnesty International qui a rendu public ce mercredi 15 mai 2024 son rapport « Une jeunesse meurtrie : Urgence de soins et de justice pour les victimes d’usage illégal de la force en Guinée », mentionne que depuis septembre 2021, sous la transition du CNRD, au moins 47 personnes ont été tuées lors de la répression de manifestations en faveur du retour à l’ordre constitutionnel et du respect des droits humains, dont les droits économiques et sociaux.

Le rapport de 58 pages consulté par Africaguinee.com, indique que « les autorités guinéennes ont constamment violé depuis 2019 les droits humains à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’expression ».

Amnesty International documente notamment la répression continue des manifestations depuis 2029 qui a fait, selon elle, plus d’une centaine de morts et des centaines de blessés graves, y compris des enfants, avec un accès insuffisant à des soins de santé adéquats et qui sont privés de justice et de réparation.

« Depuis 2019, au moins 113 personnes ont été tuées et des centaines gravement blessées par des individus identifiés comme membres des forces de défense et de sécurité lors de manifestations. Malgré les promesses du CRND de s’attaquer à la problématique de l’usage excessif de la force sous Alpha Condé, y compris dans les cas d’homicides illégaux, cette situation extrêmement grave persiste, dans un contexte général de répression des voix dissidentes », déplore Samira Daoud, Directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.

Le rapport  met en évidence les obstacles persistants aux soins de santé et à la justice rencontrés par les victimes d’usage illégal de la force par les forces de défense et de sécurité dans le contexte des manifestations contre la modification de la Constitution sous la présidence d’Alpha Condé, et depuis l’arrivée au pouvoir du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CRND) en septembre 2021.

Leave a reply