Haïti: le président du Sénat visé par des sanctions américaines pour trafic de drogue

0
527

Le ministère américain des Finances a annoncé vendredi 4 novembre la mise en place de sanctions visant directement deux responsables politiques haïtiens, dont le président en exercice du Sénat, accusés d’avoir « contribué activement » au trafic de drogue transitant par l’île caribéenne.

Joseph Lambert est tout simplement le président en exercice du Sénat haïtien. Youri Latortue, ancien sénateur, l’a précédé entre 2017 et 2018. Selon le département américain du trésor, les deux hommes ont profité de leur position pour faciliter le trafic de stupéfiants, et notamment de cocaïne entre la Colombie et leur pays. Ils sont en outre accusés d’avoir collaboré avec les gangs qui tiennent actuellement une bonne partie du pays en proie à une crise sécuritaire, politique et économique très grave.

Les sanctions décidées par le Département américain du Trésor consistent en un gel de leurs avoirs et de leurs propriétés aux États-Unis, mais aussi au Canada, rapporte notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin. L’action est en effet cordonnée avec ce pays où la communauté haïtienne est très implantée. En outre, dans un communiqué séparé, le secrétaire d’État américain Antony Blinken accuse Joseph Lambert d’être à l’origine d’une exécution extrajudiciaire. Il le sanctionne également. Il lui est désormais interdit, ainsi qu’à sa femme, de se rendre sur le territoire américain. Antony Blinken avait évoqué la situation en Haïti la semaine dernière lors d’un déplacement au Canada avec son homologue Mélanie Joly. Celle-ci annonce d’autres sanctions à venir.

Pays paralysé

Ces sanctions « montrent clairement que les États-Unis sont déterminés à rendre responsables et imposer des conséquences à ceux qui sont à l’origine des violences et des troubles dans le pays », a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby.

Haïti est quasi totalement paralysée par des gangs armés qui ont imposé des barrages sur plusieurs axes essentiels ainsi qu’à l’entrée, depuis mi-septembre, du principal terminal pétrolier du pays, provoquant des restrictions d’essence et d’eau potable.

Les forces de l’ordre ont lancé mercredi une opération visant à reprendre le contrôle du terminal, opération qui se poursuivait jeudi afin de dégager les routes environnantes après la reprise du terminal.

L’île a plongé dans une instabilité profonde depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021 par un commando armé.

(Rfi.fr avec AFP)

Leave a reply