Hausse des nouvelles contaminations de Covid-19 : L’impassibilité du gouvernement

0
140

Face à la reprise de l’épidémie de covid-19 et de l’arrivée du variant Omicron, de nombreux pays sont en train de rétablir les mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus.  Au Sénégal, le gouvernement reste toujours impassible alors que les nouvelles contaminations repartent petit à petit à la hausse et que la vaccination marque toujours le pas.

« Omicron est là depuis quelques jours. Il est partout et nous devons arrêter de nous faire peur. Nous devons continuer à respecter les gestes barrières. Nous devons continuer la vaccination ». Ces propos du Président de la République, Macky Sall, lors de la cérémonie d’ouverture du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique le lundi 6 décembre dernier.

Justifient-ils la zen attitude du gouvernement face à la montée des nouvelles contaminations de covid-19 ? En tout cas, depuis quelques jours, les nouvelles contaminations repartent à la hausse (33 nouveaux cas déclarés hier, jeudi 23 décembre). Alors que beaucoup de pays sont en train de se barricader contre le variant Omicron en resserrant la vis, le Sénégal fait presque figure d’exception après l’apparition de ce variant dans le pays depuis le 3 décembre dernier.

En Tunisie, le pass vaccinal est entré en vigueur depuis le mercredi 22 décembre dernier dans les secteurs publics et privés pour limiter la propagation de la covid-19. Il faut se munir de son pass sanitaire pour accéder aux cafés, aux banques, aux établissements étatiques et aux centres commerciaux.

Au Maroc, les festivals et les manifestations culturelles sont interdits en raison de la flambée de la covid-19 et plus particulièrement de la propagation du nouveau variant Omicron. En France, la vaccination anti-Covid est désormais ouverte aux enfants âgés de 5 à 11 ans.

Au Sénégal, pas encore de nouvelles mesures sanitaires, encore moins de campagnes de communication pour booster la vaccination qui patine toujours (1 344 156 de personnes vaccinées au mardi 21 décembre 2021). Pis, des milliers de vaccins sont même périmés, faute de preneurs. Alors que l’on s’achemine vers des fêtes et des élections qui vont rassembler beaucoup de personnes, cette attitude passible du gouvernement risque-t-elle de coûter cher aux populations qui ont fini de reléguer les gestes barrières aux calendes grecques ?

Quoi qu’il en soit, dans les écoles, dans les lieux de culte ou encore dans les marchés, les personnes qui portent des masques se comptent sur les doigts d’une main. Au mois de novembre dernier, dans un contexte de baisse des nouvelles contaminations, l’idée d’instauration d’un pass sanitaire dans la lutte contre la covid-19 dans certains lieux recevant du monde avait été agitée par le gouvernement. Elle avait même été défendue par les médecins et beaucoup d’autorités et le Chef de l’Etat en avait parlé en Conseil des ministres et avait donné des instructions au ministre de la Santé et de l’Action Sociale mais ça tarde encore à se faire.

L’instauration du pass vaccinal devrait permettre l’accélération de la vaccination. Lors du vote du budget de son département le 3 décembre, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale avait également annoncé qu’une 3e dose de vaccin anti-covid était « envisageable » au Sénégal.

Toutefois, selon des données en Afrique du Sud où le variant Omicron est apparu pour la première fois et au Royaume-Uni, sa dangerosité semble moindre comparativement à celle du variant Delta.

M DJIGO

Comments are closed.