Hommage à Germaine Acogny : la mère de la danse africaine dans ses planches

0
275

Sous l’égide du ministère de la Culture et de l’Ecole des sables sise à Toubab Dialaw, une soirée d’hommage à la danseuse Germaine Acogny sera organisée ce vendredi 9 septembre 2022 au théâtre national Daniel Sorano.

Germaine Acogny est une icône de la danse professionnelle. Béninoise d’origine, elle a réussi à imposer la danse contemporaine africaine au niveau mondial.  Selon elle, sa plus grande influence vient des danses patrimoniales et traditionnelles de son pays le Bénin. « C’est ce qui m’a guidé et c’est mon influence. Ce sont mes racines et c’est ce qui est à ma base parce que si vous ne savez pas d’où vous venez, vous n’irez pas loin», avait-t-elle confié dans les médias. Reconnue et très convoitée pour son talent, elle ne rate pas une occasion de faire découvrir les différentes facettes de l’Afrique à travers la danse. Avec une expression du moi véhiculée par son corps, elle demeure l’une des plus grandes ambassadrices de l’Afrique.   

Au Sénégal depuis plus de cinquante ans, avec son mari Helmut Vogt, elle a créé l’École des Sables en 1998, un centre international de danses africaines traditionnelles et contemporaines inauguré en juin 2004 à Toubab Dialaw, un petit village au Sud de Dakar. Personnage incontournable de la culture sénégalaise et particulièrement africaine, elle propage à travers le monde sa conception transversale de la danse, de la contemporanéité, du dialogue interculturel.  Son ouverture, sa ténacité, son sens élevé de la curiosité ont fait d’elle un pan de la danse avec un mélange de culture noire qui propulse l’Afrique aux rangs des premiers continents de culture.

A 76 ans, cette passionnée de la danse continue de mener de main de maître ses différentes formations. Germaine Acogny incarne le courage, le talent, la persévérance, et la dignité.

Ses valeurs l’ont amené à décrocher l’année dernière le Lion d’or de la danse de 2021 à Venise en Italie, une reconnaissance pour son parcours de danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise considérée comme « la mère de la danse contemporaine africaine ». Toutefois, force est de rappeler que cette récompense est réservée uniquement aux danseuses les plus influentes et avant elle, Carolyn Carlson (danseuse et chorégraphe franco-américaine), Pina Bausch (danseuse et chorégraphe allemande) ou Maguy Marin (danseuse et chorégraphe française) ont eu l’honneur de le recevoir.

Au Sénégal, Germaine Acogny sera ce vendredi 09 septembre la reine du jour. Un hommage lui sera rendu au théâtre national, Daniel Sorano par ses pairs mais aussi par la Nation.

Rappelons que Germaine Acogny est née au Bénin en 1944. Elle a dirigé pendant cinq ans (1977-1982) l’école de danse « Mudra Afrique » qui a été fondée dans les années 70 à Dakar par Maurice Béjart et le Président Léopold Sédar Senghor.

Germaine Acogny a aussi créé de nombreux spectacles pour sa compagnie « Jant-Bi », avec lesquels elle a fait des tournées dans le monde entier.  Elle a aussi reçu d’autres récompenses dont le « Chevalier des Arts et des Lettres…» et formé plusieurs talents africains comme Européens, Américains et asiatique qui ont réussi à ouvrir leur propre école de danse.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply