Hommage/ L’envol d’un immortel !, par Abdoulaye THIAM

0
116

«Je suis né à 150 mètres du stade et de la prison. J’ai choisi le stade !», aimait résumer, le président Lamine Diack. Du populeux quartier Rebeuss, il a atterri à la Principauté de Monaco (siège de l’IAAF). Une si longue marche parsemée d’embuches que l’homme a su surmonter les unes après les autres. Près d’une trentaine d’années à la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), Lamine Diack a été aussi président et vice-président de l’IAAF (ancêtre de World Athletic) pendant 39 ans.

Mais contrairement à ce qu’on a l’habitude de voir, Lamine Diack n’était pas un «nègre de service». Il était plutôt en mission. Une mission parfaitement accomplie. Parce que Diack a su faire bouger les lignes et bousculer l’ordre établi. Demander l’exclusion de l’Afrique du Sud de l’IAAF pour lutter contre l’Apartheid, il fallait le faire. Diack l’a osé et réussi. La démocratisation du système de vote avec l’adoption d’«un pays, une voix», porte aussi l’empreinte de Lamine Diack. Les Chinois lui doivent la réintégration de leur pays au sein de l’Association internationale d’athlétisme. Quant aux athlètes, Lamine Diack leur a permis de vivre de leur art. Et pour cause, jusqu’en 1997, l’IAAF se contentait d’offrir une Mercedes au vainqueur d’une course alors que les Fédérations organisatrices empochaient 8 millions de dollars. Aujourd’hui, les athlètes se bousculent pour prendre part à la Diamond League, courue désormais en Europe, en Amérique mais aussi en Asie et en… Afrique. Alors que son ancêtre, la Golden League était exclusivement réservée à 12 villes européennes. Diack tenait à l’universalité de sa discipline mais aussi et surtout à son retour à l’école. D’où le lancement du projet «kid’s athletics».

Lamine Diack était un sportif accompli. Mais aussi un homme politique courageux, franc et généreux dans la discrétion.

De Senghor à Me Wade en passant par Abdou Diouf, il n’a jamais courbé l’échine. Il a toujours eu le courage de ses idées. Abdoulaye Makhtar Diop a rappelé hier, son refus de quitter ses fonctions de maire de Dakar sur demande du président Senghor. «Je ne vais pas démissionner parce que j’ai été élu par les Dakarois», avait-il répondu à l’ancien Chef d’Etat sénégalais.

Diack n’éprouvera également aucune difficulté à dire à Me Abdoulaye Wade que «le Sénégal n’est pas le Togo» pour qu’on y permette une dévolution monarchique du pouvoir. Last but not least ! Alors que plusieurs personnalités sénégalaises craignaient d’afficher leur adhésion aux Assises nationales, le président Lamine Diack, lui avait mis sur la table 30 millions. Mieux, il avait confié à Sud Quotidien en 2011, à Daegu (Corée du Sud) qu’il était prêt à démissionner de la présidence de l’IAAF pour devenir un président intérimaire du Sénégal pour un mandat de 3 ans. Sa seule conditionnalité était un consensus. Hélas, le Benno finira par voler en éclats. On connaît la suite !  

Bref, c’est cette personnalité d’une dimension internationale qui s’est éteinte dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 décembre, laissant dernière elle, une jeunesse en perte de repères. Il nous avait promis d’écrire ses mémoires. Hélas, la faucheuse en a décidé autrement. Repose en paix, Président !

*Titre inspiré de la UNE de Sud Quotidien suite au décès de Léopold Sédar Senghor

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :