Hôpitaux sénégalais : le collectif « Patients en danger » alerte et interpelle l’Etat

0
344

En conférence de presse hier, jeudi 14 avril, le collectif « Patients en Danger » a interpellé le gouvernement et le corps médical sur la nécessité d’avoir des soins médicaux de qualité.  Lancé après la mort d’Astou Sokhna par négligence médicale à Louga, le collectif prévoit d’organiser un sit-in le samedi 23 Avril 2022 à la place de la Nation.

Femme vivant avec un handicap, Yama Ndiaye, sur chaise roulante, raconte son vécu à l’hôpital régional de Kaolack pendant sa grossesse en 2011. Ayant senti des douleurs avant la date prévue pour son accouchement, elle s’est présentée à la structure sanitaire et la sage-femme lui fait savoir que le gynécologue dormait et qu’elle ne peut pas le réveiller. Sans l’aide de personne, Yama accouche toute seule par terre malgré son handicap, selon ses dires.

« Personne ne va me démentir. Je les connais tous et le pire c’est qu’après avoir mis au monde mon enfant, je n’ai pas eu de suivi à l’hôpital. J’ai dû rentrer chez moi et payer le major 7000 F Cfa pour qu’il me suive », confie Yama Ndiaye.

Ce témoignage qui en dit long sur les conditions d’accueil dans les structures sanitaires a été fait hier, lors de la conférence de presse du collectif « Patients en danger ». Lancé le 12 avril dernier, après le décès de la parturiente Astou Sokhna, par des citoyens sénégalais, il a pour objectif d’interpeller l’Etat sur la nécessité de garantir l’accès à des soins adaptés et de qualité à la population et particulièrement les femmes enceintes.

Prenant la parole, la députée Marème Soda Ndiaye a déploré les mauvais soins et ses coûts excessifs, les conditions d’accueil. Elle a ainsi interpellé le gouvernement « le mauvais entretien financier des hôpitaux en donnant l’exemple de l’hôpital Le Dantec qui a une panne d’ascenseur depuis maintenant un an ».

Selon elle, « cet ascenseur qui conduit à la salle d’accouchement, ne sera pas réparé tant qu’il n’y aura pas une femme qui perdra son bébé en montant les escaliers pour rallier la salle d’accouchement ». Elle trouve ce phénomène « inadmissible » et rappelle la dotation budgétaire de 235milliards dépêchée cette année.

Ndéye Maguette Mbaye de l’Association des juristes du Sénégal (AJS), elle embouche la même trompette que la parlementaire. Allant plus loin, elle salue le limogeage du directeur de l’hôpital de Louga ainsi que la suspension du personnel présent lors du décès d’Astou Sokhna et s’engage à payer des avocats pour sa famille.

Le collectif « Patients en Danger » avec ses deux hashtag (#patientsendanger et #justicepourAstou), avec à son actif un groupe whatsapp composé même de personnels de santé, a été initié principalement pour interpeller, alerter et améliorer la situation chaotique du système sanitaire et pour éviter d’autres Astou Sokhna. Le collectif prévoit un sit-in le samedi 23 Avril 2022 à la place de la Nation à 10h.

MARIYAMA TOURE (STAGIAIRE)

Leave a reply