Ibrahima Drame, président de l’Uncs, sur la cherté des produits et denrées locaux : «Il faut que les instruments mis en place jouent pleinement leur rôle»

0
267

Alors que des organisations consuméristes prônent la promotion du consommer local, en plus des mesures annoncées par le gouvernement contre la vie chère, actuellement les produits et denrées locaux coûtent plus chers que ceux importés comme le riz. Qu’est-ce qui peut expliquer une telle situation, selon vous ?

Ce que je peux vous dire, c’est qu’il faut une bonne régularisation du marché. D’ailleurs, l’État a mis en place des instruments de régulation et de contrôle. Il y a ce qu’on appelle l’Agence de Régulation des Marchés (ARM) qui s’occupe carrément de la régularisation de certaines spéculations. Il y aussi la Direction du Commerce intérieur, dans le cadre du contrôle des prix. Il y a beaucoup de dispositions réglementaires pouvant aider à régler ce phénomène-là. C’est vraiment contradictoire que les produits locaux soient plus chers que ceux importés»

Comment remédier à ces hausses exorbitantes des prix des produits et denrées locaux ?

J’estime que c’est à l’État de convoquer une concertation sur la question. Pourquoi même ne pas convoquer le Conseil national de la consommation pour réfléchir sur la cherté des produits locaux ? D’ailleurs, nous avons mis en place l’Alliance sénégalaise pour le Consommer local. C’est une plateforme qui va de la production au consommateur, pour une maîtrise de la chaîne de valeurs. Ça veut dire qu’à l’intérieur de cette plateforme, il y a les produits de toutes les spéculations, des transformateurs, des commerçants, des consommateurs, des travailleurs, etc. Ça veut dire aujourd’hui, qu’avant de faire quoi que ce soit, le producteur concerné doit penser à l’accès au marché. C’est-à-dire comment, une fois la production finie, récolter et vendre son produit ? Et quel est aussi le besoin du consommateur ? Cette Alliance-là mène une réflexion en interne ; et je pense que ces questions de cherté des produits locaux, on va en parler lors de nos prochaines sorties.

Tout compte fait, il faut que les instruments mis en place jouent pleinement leur rôle, parce que le constat est qu’on a tout légiféré. Maintenant, le problème se situe dans l’application des textes. Mais aussi il faut exhorter nos producteurs, car il y a trop d’augmentations non justifiées.

La promotion du consommer local tant voulue et évoquée depuis des années n’est-elle pas vouée à l’échec ?

Non ! Je pense même qu’on est toujours dans la promotion du consommer local. Le problème est une question de volonté politique. Je me souviens quand je suis dans le mouvement consumériste. En 1997 déjà, on a travaillé sur la promotion des produits locaux. Depuis 1997 jusqu’à aujourd’hui, on ne parle que de promotion du consommer local. Ça veut dire que quelque part il y a une velléité de la part des acteurs, mais particulièrement des autorités, d’aller dans ce sens. Je l’ai dit il y a deux mois de cela, lors d’une conférence de presse. Toutes les politiques publiques doivent aujourd’hui converger vers le développement de l’agriculture, parce que c’est l’une des leçons qu’on a apprise de la COVID-19. Consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons.

PROPOS RECUEILLIS PAR

PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE)

 

Leave a reply