Ibrahima Sarr, directeur général de la Somiva : « La SOMIVA qui veut qu’on reste en communauté, est toujours disposée à discuter pour trouver des accords »

0
327

«C’est normal que des situations de la sorte se présentent au niveau des communautés minières   où les intérêts occupent une place importante. Partout dans le monde, on enregistre des divergences au niveau des zones minières (… ).  Dans les discussions, il est fait état du manque d’information (de la SOMIVA), même s’il reste conséquent que la société ne peut avoir l’obligation d’informer tout le monde. S’agissant de l’obligation légale, on convient qu’aucune société ne peut procéder à une exploitation sans avoir au préalable fourni une étude environnementale et sociale au départ. En avril 2014, je suis venu dans la région et la SOMIVA a respecté toutes  les procédures du code minier et celui de l’environnement. Avec Bassirou Doro Ly, le maire de Ndendori à l’époque député à l’Assemblée nationale, nous avons organisé une audience publique présidée par le préfet du département de Kanel et conformément à la loi, les travaux ont été approuvés et remis au ministère de l’Environnement qui nous a fourni un certificat de conformité. Nous avons commencé à faire venir les machines au niveau de la mine. La SOMIVA qui est une société qui fonctionne en partenariat avec de grands cabinets ne saurait faire fi des obligations légales, moi-même je ne l’accepterai pas. S’agissant du problème des indemnisations, conformément au texte juridique (charte), une commission départementale, dont nous ne faisons pas partie, a été constituée.  Cette commission a travaillé et nous a remis un document.  Dès lors qu’on indexe aujourd’hui la procédure, la SOMIVA qui veut qu’on reste en communauté, est toujours disposée à discuter pour trouver des accords. Nous avons déjà mis à disposition  99 millions pour les impactés des 66 hectares, si cela est jugé insuffisant, nous avons toujours la possibilité de discuter. Les partenaires veulent qu’il y ait la paix ici et  les informations qui sont distillées, ne nous aident pas. Le groupe qui investit ici, investit près de 1 milliard de dollars dans le monde, Nous avons discuté et ils (les responsables) m’ont dit qu’ils n’ont jamais dit qu’ils ne le font pas, mais ce qu’ils veulent, c’est la sérénité. Ce qui fait que nous devons taire nos divergences, ouvrir des discussions et s’accorder sur l’essentiel. Au plan social, avant que je ne déroule les travaux, j’ai fait mes propres investigations pour m’enquérir des faiblesses de la région. La SOMIVA veut aider, cependant les actions sont contrecarrées par la présence de beaucoup de voix de divergences, ce qui ne rassure guère l’investisseur, nous sommes une communauté qui doit cristalliser le dialogue. Nous sommes dans la logique de la continuité de l’action sociale  et si l’on dit que nous n’avons rien fait, cela me fait rire car nous avons déroulé plusieurs actions. La SOMIVA a beaucoup fait, mais ce n’est pas suffisant. Nous sommes restés un an sans travailler, c’est difficile à supporter sur l’économie, les emplois et les recettes, il faut qu’on construise un esprit de communauté, ce qui reste, nous continuerons la réflexion avec les trois maires des communes impactées».

Par PAPE MOCTAR NDIAYE

Leave a reply