«Il faudrait que les gens se concentrent sur ce qui se passe au niveau du Sénégal», Basile Niane, Journaliste Blogueur sur l’étude DQL en matière de connectivité

0
221

Réagissant au classement du Sénégal en matière de connectivité à l’Internet dans une étude menée par Digital Quality of Life Index (DQL), publiée le mardi 12 octobre 2021, Basile Niane, journaliste-blogueur-multimédia et entrepreneur Web, s’est voulu prudent quant à la fiabilité de cette enquête. Pour lui, «le plus important, ce n’est pas de se focaliser sur des classements, mais sur ce que le gouvernement est en train de faire pour les startups, pour les entrepreneurs. Est-ce que ça colle en réalité…» Car «il ne faudrait pas qu’on se limite uniquement dans la capitale», alors qu’«il y a des gens du Sénégal de l’intérieur qui n’ont pas la possibilité d’avoir la connexion», a fait observer, M. Niane, interpelé par la Rédaction de Sud Quotidien.

«Je pense qu’aujourd’hui, les gens doivent arrêter de se concentrer sur ces classements qui ne sont pas souvent fiables. Même si ces classements sont fiables, c’est des classements qui viennent de structures qui ne sont pas fiables. Il faudrait que les gens se concentrent sur ce qui se passe au niveau du Sénégal. Parce que cela ne veut rien dire. C’est comme l’exemple de ce qu’on nous parlait avec la Banque mondiale, qui faisait des classements sur le «Doing Business». Il y a tout le temps des personnes derrière pour influencer sur les décisions.

Moi je pense que le plus important aujourd’hui, ce n’est pas de se focaliser sur des classements. Mais c’est de se focaliser sur ce que le gouvernement est en train de faire pour les startups, ce que le gouvernement est en train de faire pour les entrepreneurs ; est-ce que ça colle en réalité avec ce qui se passe dans le pays ? Je pense qu’aujourd’hui, l’idée, c’est d’aller vers ces gens qui disent qu’ils sont en train de financer des acteurs dans le secteur et qu’on ne voit pas souvent ces financements-là. C’est d’aller voir : qu’est-ce qui manque et qu’est-ce qu’il faut faire pour que le secteur puisse se développer ? On est en voie de développement, il y a énormément de choses à faire surtout dans le domaine de la connectivité.

Aujourd’hui, le Sénégal est un pays qui est en avance par rapport aux autres francophones, mais il ne faudrait pas qu’on se limite uniquement dans la capitale. Il y a également des gens qui sont au niveau du Sénégal de l’intérieur et qui n’ont pas la possibilité d’avoir la connexion. Je pense que c’est à ces gens-là qu’on doit vraiment parler, leur dire ce qu’ils veulent, pour qu’on puisse les soutenir. Mais vraiment, des types de classements, moi je ne peux pas trop me prononcer dessus, parce que je n’y crois pas».

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Leave a reply