« Il faut que l’on enseigne le secourisme dans nos établissements », plaidoyer de Mouhammad Thiam, Professeur sortant de l’Inseps, suite à la mort subite de son ami professeur à Sédhiou

0
842
La mort subite du jeune Bourama Ndonky Keïta, plus connu sous le sobriquet de Youm, professeur de Lettres, Histoire et de Géographie à Bignona, lors d’un match de gala de football qu’il a lui-même initié le lundi 02 mai dernier, jour de l’Eïd-El Fitr (Korité), a fait réagir une de ses connaissances. Mouhammad Thiam, professeur d’éducation physique et sportive sortant de l’Inseps témoigne de la constance de Bourama Ndonky Keïta aux entrainements. S’offusquant par ailleurs de l’absence de premiers secours pour une personne en détresse, il a plaidé pour l’enseignement du secourisme dans les établissements.

                               Bourama Ndonky Keïta

COMMENTAIRE 
« Je voudrais réagir par rapport à votre article d’aujourd’hui pourtant sur la mort subite d’un professeur de lettres qui servait à Bignona, lors d’un match de gala qu’il a initié dans son village, le jour de la korité.
Tout d’abord je prie pour le repos de l’âme de ce grand ami que j’ai perdu. Je tiens tout de même à préciser que le défunt était un collègue avec qui j’ai travaillé pendant 5 ans.
Ce qui motive ce message c’est qu’un professionnel de santé a stipulé que cette mort subite pourrait être causée par un manque d’entraînement durant le mois de Ramadan et un enchaînement avec un match le jour de la korité.
En effet cela pourrait être une cause, mais je tiens à préciser que je connaissais très bien le défunt, que je suis un professeur d’éducation physique et sportive sortant de l’Inseps et que j’ai joué énormément de matchs avec lui. Donc je peux avancer avec certitude qu’il était en grande forme physique car il s’entraînait même durant le ramadan.
Ironie du sort le 21 avril, date à laquelle on s’est vu pour la dernière fois, je lui ai posé la question et il m’avait dit qu’avec d’autres collègues, ils ont formés une bonne équipe et qu’ils organisaient des matchs tous les soirs durant tout le mois béni de ramadan. Et moi en professionnel du sport je peux vous dire que le sport peut bien rimer avec le jeûne.
Bref, je voudrai tout de même signaler la seule anomalie, selon moi, dans cette histoire. Et c’est qu’en 2022, au Sénégal dans un terrain de sport regroupant tout un village que l’on ne puisse pas apporter des premiers secours à une personne en état de détresse. Récemment au mondial 2022 le cas de Christian Eriksen aurait pu nous éveiller d’avantage.
J’ai toujours prôné un enseignement des premiers gestes de secours dans les classes, dès l’élémentaire. Mais malheureusement, même à l’université on est incapable de réaliser des massages cardiaques ou de savoir quelle attitude adopter devant une personne en état de détresse. Tu demandes c’est quoi la PLS aux étudiants de nos différentes universités 95% d’entre eux ne sauraient y répondre et 98% ne sauraient la réaliser.
Et encore une fois je le dis haut et fort je suis sidéré de voir tant de vies perdues qui auraient pu ou dû être sauvées. Que l’on en fasse des sujets de discussion à l’assemblée nationale, que nos députés portent ce combat. Il faut que l’on enseigne le secourisme dans nos établissements. On pourra sauver énormément de vies en cas d’accident de la circulation, de noyade, de crise cardiaque, de perte de connaissance, de fracture, de perte de sang etc…
J’espère que mon commentaire sera au moins lu et qu’il servira à Quelque chose.
Mouhammad Thiam, 
Professeur d’éducation physique et sportive sortant de l’Inseps
« 

Leave a reply