«Il faut que nos meilleurs athlètes soient mobilisés et encadrés par des experts»; Matar Ba ministre des Sports, sur «Paris2024» et «Dakar2026»

0
122

Le souhait exprimé par le président Macky Sall de trouver un remplaçant à El Hadji Amadou Dia, seul médaillé sénégalais olympique, passera par la mise à la disposition de bourse mais aussi par l’encadrement des meilleurs athlètes et la mobilisation des experts au sein des fédérations sportives. C’est ce qu’indique le ministre des sports, Matar Ba en direction des JO «Paris 2024» et les JOJ de «2026» auxquels le Sénégal aura le double défi de la participation et de l’organisation. 

Trouver un remplaçant à El Hadji Amadou Dia Ba, le seul médaillé olympique du Sénégal et réussir dans le même élan une bonne organisation aux Jeux olympiques de la Jeunesse. C’est le double défi auquel le Sénégal s’attèle au sortir des derniers JO de Tokyo 2020.  Le ministre des Sports Matar Ba a réaffirmé cet engagement du Chef de l’Etat qui a annoncé lors de la remise de la torche, sa volonté de soutenir les athlètes, à travers des bourses et des stages.

«Nous avons deux défis pour ces Jeux olympiques. Une bonne organisation et une bonne participation. Le CNOSS a les bourses qu’il faut. L’Etat  est là aussi pour mettre les moyens. Effectivement, il faut que nos meilleurs athlètes soient mobilisés et encadrés, avec les experts qu’il faut. On a des relations avec d’autres pays comme la France, le département des Yvelines qui met gratuitement à disposition ses installations sportives», a-t-il indiqué.

«L’Etat et le CNOSS sont engagés depuis 2018. Le chef de l’Etat était à Buenos Aires quand on a attribué les JOJ au Sénégal. C’est une attribution  par acclamation. Vous savez la personnalité des membres du comité olympique. Ils ne font rien pour plaire. On  nous l’a attribué et le Sénégal  a pris toutes les dispositions. Nous avançons avec les partenaires et je n’ai pas de doute que les Jeux olympiques se passeront d’une manière excellente au Sénégal», ajoute-t-il. 

Interpellé sur les résultats jugés mitigés enregistrés par les athlètes sénégalais lors des derniers Jeux olympiques de Tokyo 2020, le ministre des Sports a évoqué  les effets de la pandémie sur la préparation.

«Il ne faut pas se limiter à parler de Covid seulement. Parce que le niveau africain est un peu bas quand on le compare avec le niveau européen. Quand on allait aux JO, on n’avait pas fixé comme objectif de revenir avec des médailles d’or.  Il ne faut pas se voiler la face. C’était la natation, le Judo. Mbagnick Ndiaye n’a pas pu faire plus. On avait beaucoup d’espoirs mais cela n’a pas suivi. Les autres disciplines aussi.  Pour ces années Covid, la préparation a subi un certain coup. Il faut le comprendre dans  ce sens-là. Le travail doit continuer au Sénégal au niveau des fédérations», répond-t-il.

En direction des prochains JO de «Paris 2024» et des JOJ «Dakar 2026»,  Matar Ba  considère que les techniciens et les fédérations ont aujourd’hui un rôle à joué sur le plan technique. «Cela suppose qu’il y a un  travail qui attend les techniciens et les fédérations. Ce n’est pas à l’Etat de le faire. L’Etat peut accompagner en matière de relations, de finances mais le travail technique, c’est toutes les fédérations qui doivent participer à ces jeux olympiques», a-t-il souligné avant de poursuivre :

«Quand on rate un rendez-vous, quand on revient, on est dans une autre catégorie. Nous avions lancé le programme Elite Jeune. Mais quand on a reporté les Jeux olympiques, il fallait reprendre. Aujourd’hui, le travail des fédérations, c’est d’abord de la détection et un encadrement rapproché. Il faut mobiliser et accompagner ces jeunes qui vont vers une compétition qu’ils ignorent. S’ils n’ont pas le bon encadrement, la bonne approche qu’il faut avec les experts, on risque d’avoir une participation qui ne soit pas des meilleurs».

Omar DIAW

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :