«Il faut un «cœur nouveau» que seule la Parole de Dieu peut nous procurer», Mgr Benjamin Ndiaye sur l’église, la vie en communauté, la paix

0
282

La communauté chrétienne du Sénégal, à l’instar de celle du monde entier, a célébré Pâques dans la ferveur, la communion, le partage et la joie, dimanche dernier, 17 avril 2022. A l’occasion de cette fête, l’archevêque de Dakar, Monseigneur (Mgr) Benjamin Ndiaye, a livré un message pour l’Église catholique sénégalaise, sur la vie en communauté, appelant ainsi les humains à se doter d’un «cœur nouveau». Non sans insister sur la coïncidence du Carême avec le Ramadan, qui est un moment de salut pour les Sénégalais. 

 

«En ce mois, je pense que nos efforts, conjugués de prières, peuvent certainement contribuer à améliorer notre humanité. C’est le Christ ressuscité qui nous amène la lumière divine et nous sommes heureux de pouvoir être des enfants de lumière…», a d’emblée déclaré Monseigneur (Mgr) Benjamin Ndiaye, l’archevêque de Dakar. Invité de «Spéciale Pâques» sur la télévision nationale, RTS, le chef de l’Église catholique sénégalaise est revenu sur la coïncidence du jeûne pour la communauté chrétienne et celui des musulmans qui, selon lui, doit être un moment de salut pour les Sénégalais. Mieux, il a prié pour que ce moment de «pénitence» commune puisse «contribuer à améliorer de notre humanité».

Et de relever : «le Carême est un fort moment de jeûne, de prières certes, mais aussi il permet de penser aux plus démunis. Il est important de mener des actions de solidarité envers cette catégorie sociale qui en a vraiment besoin». Seulement relativement à ce volet partage du Carême, l’archevêque de Dakar a souligné que la générosité est là, certes ; mais il est temps d’adopter un modèle d’Église beaucoup plus adapté aux besoins de la communauté chrétienne. Et des réflexions techniques sont à mener pour parvenir à ce modèle, a-t-il poursuivi.

En attendant, face aux crises multiformes et foyers de tension partout dans le monde, Mgr B. Ndiaye  a appelé à purifier les cœurs par un retour à Dieu, le Tout Puissant. «Il faut un «cœur nouveau» que seule la Parole de Dieu peut nous procurer. D’où l’importance de vivre étroitement une relation avec le Tout Puissant, pour être de vrais acteurs de la paix.» Pour lui, l’éducation et la formation des jeunes sont des éléments essentiels pour parvenir à une vie en communauté capable de nous donner une paix durable.

Collant toujours à l’actualité, mais dans un autre registre, Mgr Benjamin Ndiaye a évoqué les dérives sur le net et, au-delà, les violences verbales et physiques. «Quand Jésus dit : «Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche de l’homme qui le souille, mais ce qui en sort. Car, ce qui sort de sa bouche vient de son cœur», a rappelé l’archevêque de Dakar. Dans la même la veine, donnant le Christ en exemple, il soutenu que la «convergence des cœurs est tout ce qui peut nous faire avancer».

I.DIALLO

Leave a reply