« Il faut une réforme globale pour élargir la clause de transhumance des députés aux élus locaux », Malick Diagne, expert en décentralisation

0
241

« En générale, après les élections, il y a des mouvements de transhumance d’un parti vers le camp du pouvoir. Cela s’explique dans la plupart des cas par le statut précaire des collectivités territoriales dont les ressources ne permettent pas de prendre en charge le financement des programmes de campagne des nouveaux élus. Dans ce cas, l’Etat ou le régime entre en jeu et propose son accompagnement en échange d’un ralliement puisque la loi sur la décentralisation notamment le Code général des collectivités territoriales ne l’interdit pas. Ce qui n’est pas le cas à l’Assemblée nationale où, le règlement intérieur ne permet plus à un député élu de quitter son parti ou sa coalition pour un autre. Je pense qu’on devrait élargir cette réforme aux élus des collectivités territoriales et aller vers une réforme plus globale de la moralisation de la vie politique au Sénégal. »

Les locales, un baromètre pour le pouvoir

« Et, si on n’y prend pas garde, on va toujours observer ce genre de pratiques parce que les élections locales sont en général un baromètre pour le pouvoir en place dans le sens où les communes et les départements sont des circonscriptions électorales à la base et qui perd les élections intermédiaires perd la présidentielle suivante. La preuve, en 1996, le président Diouf avait perdu beaucoup de communes avant la présidentielle de 2000. Son successeur, le président Wade avait lui-aussi perdu beaucoup de communes emblématiques en 2009, puis la présidentielle de 2012. Et là, ils (membres du régime en place) ont perdu un certain nombre de collectivités locales très symboliques, lors des locales du 23 janvier dernier, c’est ce qui explique certainement cette stratégie de reconquête électorale. Car, si vous prenez la commune de Biscuiterie ou de la Médina, cette dernière fait pratiquement deux fois la région de Kédougou en terme électoral ».

Une réforme globale de la vie publique au Sénégal pour en finir avec ces pratiques qui heurtent les sensibilités

« Et le maire en général du fait de sa proximité directe avec les populations, est souvent considéré au Sénégal comme un grand électeur et ce, même si son ralliement au camp du pouvoir peut ne pas être suivi par les autres membres de sa liste. Ce qui pourrait constituer un risque pour lui du fait que ses délibérations qui pourraient être bloquées en représailles de sa décision.

Il faut donc aller vers une réforme globale de la vie publique au Sénégal. Car, le problème n’est pas seulement la question de la transhumance mais, il y a aussi le cas des mandats qu’il faut trancher une bonne fois pour tout. Les élus sortants ont fait pratiquement huit ans de gestion alors qu’ils avaient un mandat de cinq ans. Il nous faut une vraie loi de moralisation de la vie publique et politique qui va prendre en charge l’ensemble de ces pratiques qui heurtent les sensibilités du fait leurs contradictions avec l’éthique et la morale ».

RECUEILLIS PAR NANDO CABRAL COMIS

Leave a reply