Impactes du port de Ndayane dans le département de Rufisque : le collectif Dialaw contredit les chiffres du Dg du port et dénonce « des manœuvres illégales »

0
209

Les discussions autour du processus d’indemnisation des impactés du futur port de Ndayane ne sont pas encore à leur épilogue. Après la sortie du DG du port annonçant la fin des procédures de conciliation et l’imminence du démarrage des travaux, le collectif des impactés de Yène est revenu à la charge pour contredire les chiffres avancés par le directeur du port et dénoncer des pratiques illégales de spoliation sur le site du projet. Ils ont tenu un point de presse à Yene.

Le collectif des impactés du projet du port de Ndayane dans le département de Rufisque n’ont pas attendu longtemps pour apporter la réplique au directeur du port Mountaga Sy, après sa sortie sur le processus de démarrage des travaux de l’infrastructure et des indemnisations.  Et ce, après avoir relevé des « contradictions et des inexactitudes » dans les propos du directeur du port. Dans le document de presse lu à l’occasion de leur rencontre avec les journalistes, les membres du collectif disent prendre à témoin l’opinion publique nationale et internationale pour dénoncer « une vaste tentative de spoliation foncière en cours dans la Zone de Yene/Dialaw ». Ils dénoncent ainsi un détournement d’objectifs du projet « dont les besoins en terres sont successivement passés de 300 à 600 hectares, puis 1200 hectares, sans compter 600 hectares additionnels alloués à Dubaï Port World (DP World) ». Et de poursuivre : « La communication du Directeur Général (DG) du Port Autonome de Dakar (PAD), Monsieur Mountaga Sy, sur le processus de démarrage des travaux du Port de Ndayane relève de la pure propagande et de la manipulation. Elle contient une série de contradictions et d’inexactitudes dans une tentative de masquer le tâtonnement et le manque de rigueur de l’administration sénégalaise sur la conception de ce projet ».

Par ailleurs le collectif s’inscrit en faux contre le nombre d’impactés dans le département de Rufisque. Selon eux, contrairement à ce qui est déclaré, le département Rufisque abrite le plus grand nombre d’impactés car la plus grande majorité de l’infrastructure se trouve dans la commune de Yene. Ce qui a été possible suite à une manipulation des tracés des limites administratives entre Thiès et Dakar. « En outre, les populations réfutent son assertion selon laquelle « 95% des impactés sont du département de Mbour, 5% du département de Rufisque (280 sur 5.460 personnes) ». Du fait d’un déplacement insidieux des limites régionales entre Dakar et Thiès, le futur port, en majorité sur le territoire historique de Yène, se trouve commodément à Ndayane. Nous suspectons que ce “tour de passe-passe géographique” est fait à dessein pour enlever toute légitimité à la contestation des ayants droit à Yène ». Sans oublier le fait qu’il n’y a pas de « dialogue exhaustif » avec tous les groupes de potentiels impactés et les « intimidations » dont certains des leurs sont victimes. Devant tous ces griefs, les habitants de Yene, déterminés à défendre leurs intérêts ont pris un certain nombre de résolutions. Entre autres, ils demandent la cessation immédiate des intimidations, la dénonciation « d’opérations illégales perpétrées par les autorités administratives et qui sont « illégales, injustes, improvisées et attentatoires aux droits et à la dignité des populations ». Enfin le Collectif Dialaw annonce des poursuites judiciaires auprès des «instances internationales habilitées, judiciaires comme arbitrales »

WORE NDOYE

Leave a reply