Impasse dans les négociations : les syndicats d’enseignants renvoient l’État à ses copies concernant les chiffres

0
1690

La rencontre de ce jour, samedi 19 février 2022, entre les syndicats d’enseignants et l’État, qualifiée par certains comme celle de la « dernière chance » n’a encore pas permis aux parties belligérantes de trouver un accord pour régler la crise qui secoue, depuis un moment maintenant, l’enseignement moyen et secondaire.

 

Lors de cette réunion, des points d’achoppement ont été notés sur nombre de points, réduisant ainsi à néant les chances de voir un retour à la normale de l’enseignement moyen et secondaire, ce lundi.

 

« Le gouvernement a fait des propositions. La première proposition c’est par rapport à la défiscalisation des indemnités de logement. Nous, nous n’avons jamais demandé la défiscalisations. Conformément aux résultats de l’étude sur le système de rémunération des agents de l’État, réalisée par le Cabinet MGP Afrique, qui a révélé des inéquités et des injustices, nous avons demandé la modulation des indemnités de logement et le paiement de ces indemnités en tenant en compte les hiérarchies pour corriger les inéquités et les injustices», a tenu à préciser Abdoulaye Ndoye, SG du CUSEMS, porte-parole du jour des syndicats d’enseignants.

 

La question de la défiscalisation des indemnités de logement n’a pas été le seul obstacle entre les parties, lors de cette rencontre tant attendue par les élèves et parents d’élèves.

 

« Le deuxième point d’achoppement, c’est l’ICR. On l’avait porté à 10%, lors de la réunion restreinte entre la Direction de la Solde et les organisations syndicales les plus représentatives. Mais, aujourd’hui, ils l’ont ramené à 5%. Ça également, ce n’est pas possible », martèle encore M. Ndoye qui ne se limite pas en si bon chemin.

 

« Il y a également l’indemnité d’enseignement qui a été porté, lors de la commission à 70% d’augmentation. Aujourd’hui, on nous parle de 60%. C’est pourquoi on dit, il y a des problèmes au niveau des chiffres », rouspète le SG du CUSEMS qui n’a pas manqué de donner la position des syndicalistes, déterminés à corriger les inéquités et inégalités notées dans le système de rémunération des agents de la fonction publique.

 

« C’est pourquoi nous avons demandé au gouvernement d’aller revoir ses chiffres parce que ce sont des préoccupations fortes. Le segment du moyen-secondaire s’est battu pour la correction des inégalités et les inéquités et pour la revalorisation de la fonction enseignantes ».

 

À noter qu’une autre rencontre entre l’état et les syndicats d’enseignants est prévue pour ce le jeudi 24 février prochain.

 

J M D

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :