Implosion à Yewwi Askan Wi : Sonko et Khalifa, noyaux de YAW, larguent les conviés

1
338

C’est le divorce entre certains responsables conviés lors de la création de la coalition Yewwi Askan Wi, à la veille des élections locales et les fondateurs de ladite coalition. Les investitures aux élections législatives du 31 juillet 2022 sont passées par là.

Après la publication des listes officielles de candidatures, une bonne partie de responsables politiques qui sont venus s’associer à l’initiative de création d’une grande coalition de l’opposition pour faire face à celle du régime en place, Benno Bokk Yakaar, semblent avoir claqué la porte de YAW à travers leurs sorties au vitriol contre Ousmane Sonko et Khalifa Sall.

Il s’agit l’AG/Jotna de maître Moussa Diop, le Parti Nouvelle Génération de Mamadou Lamine Thiam, l’Appel 3J de Aminata Lo Dieng, Bess du Ñak de Serigne Mansour Sy, CREDI du professeur Hamidou Dathe, FPRS de Djibril Diop, FSD-BJ de Cheikh Bamba Dieye, SET de Moustapha Mamba Guirassy, PARE SUXXALI SENEGAL de Abdou Karim Fall.

Ces derniers n’ont pas été tendre avec leurs compagnons, lors des élections locales dernières. Ils accusent Ousmane Sonko et Khalifa Sall d’avoir fait preuve d«’esprit partisan » et de « calculs politiciens » durant la confection des listes de candidature pour les joutes à venir. Enfonçant le clou, ils les accusent de trahir les fondements de leur organisation, ou encore de violation des principes de transparence lors de cet exercice. Ces frustrés vont même jusqu’à s’inquiéter de la capacité de Sonko et Khalifa, une fois à la tête du pays, de « mettre en œuvre les attentes légitimes du peuple sénégalais pour que l’équité, le mérite et la compétence soient au cœur de la gouvernance publique ».

Des propos qui confirment la scission consommée entre les leaders précurseurs de YAW, à savoir Ousmane Sonko et Khalifa Sall et ceux conviés au lancement de cette coalition de l’opposition.

Pour rappel, tout au début, ladite coalition était annoncée autour de Pastef d’Ousmane Sonko, de Taxawu Senegaal de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, ou encore le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), sans oublier le PDS de Me Wade. Cela, avant que la formation du « Pape du Sopi » ne se démarque, avant même le lancement officiel. La quasi-totalité des autres partis a été conviée au lancement de ladite coalition. C’est en réalité sur place qu’ils ont paraphé la Charte de la coalition.

L’on se rappelle de la signature « sous-réserve » de ladite Charte par le leader du mouvement Gueum Sa Bopp, Bougane Gueye Dany pour dénoncer la «manière cavalière» avec laquelle le nom et les couleurs de la coalition ont été retenus sans implication des membres.

J M D

1 comment

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :