In memoriam : hommage au Professeur Mbaye Gueye

0
487

L’approche conceptuelle dans une démarche d’élucidations des notions de « vies et d’œuvres » nous renvoie au royaume d’enfance, au cursus scolaire et universitaire, à la brillante carrière d’enseignant et de chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar en passant aux colloques et missions d’encadrement du professeur Mbaye GUEYE. Si la vie est l’existence humaine considérée dans une durée bien déterminée dans le temps et l’espace et articulée à l’ensemble des événements qui se sont succédés dans cette existence, nous pouvons affirmer que è, au vu de son « œuvre » encadrée, par une foultitude d’activités dans le domaine spécifique de la connaissance de nos sociétés africaines en termes de changement et de dynamique de changements.

Toute la problématique s’explique et s’articule autour d’un devoir de mémoire et d’un désir de « vendre le produit Mbaye GUEYE » pour que la nouvelle génération qui cherche des repères sache que dans ce pays il existe des figures de référence. Vie et œuvre dans leur acceptation les plus usitées revêtent une connotation élastique voire une notion large. Pour notre part, en relation avec notre sujet de mémoire tout ceci, s’apparente à un récit écrit sur l’existence du Doyen Mbaye GUEYE. En d’autres termes évoquer la vie du professeur Mbaye GUEYE revient à retracer sa biographie, cursus, trajectoire, itinéraire. Quant à son œuvre, elle fait appel à bien des égards à l’idée de carrière, d’actes et d’actions accomplies et laissés à la prospérité.

L’origine, le royaume d’enfance, la formation, les productions et travaux soutiendront la vie et l’œuvre de ce navigateur intellectuel. Le personnage de ce baroudeur du savoir a émerveillé et fouetté notre curiosité intellectuelle, si bien que par devoir de mémoire nous nous sommes efforcés à écrire sur cet accumulateur de la connaissance pour que nous puissions perpétuer et sauvegarder son héritage. Et pour reprendre Bourdieu, nous dirons qu’il est «  l’héritier qui se respecte et il sera héritier par l’héritage ». 

Le professeur Daha Cherif Ba, occupant son bureau n’est-il pas de nos jours considéré comme son digne et fidèle héritier. Ce perfectionniste qui a su redonner aux sciences humaines et sociales une dimension planétaire par ailleurs, l’ensemble de ces motifs qui expliquent notre attitude trouvent leur terreau fertile dans l’accomplissement d’un devoir de mémoire mais aussi d’un droit d’inventaire pour que l’oubli ne soit érigé en mode de reconnaissance de grande figure de notre jeune nation ;

Notre motivation s’apparente un attachement à l’idéal de justice, d’équité, de rendre à Mbaye GUEYE ce qui appartient à Mbaye découle de notre souhait d’ériger en exemple certaines figures historiques et personnalités du landerneau universitaire une place de choix qui ont sans nulle doute participé à faire l’histoire et non à faire des histoires.

Ce sujet sur la vie et l’œuvre » du Professeur Mbaye GUEYE nous replonge dans nos valeurs ancestrales de Diom, de Kerssa, de mougne et de dignité et nous projette vers l’avenir par une approche critique et intelligente de la mondialisation. En d’autres termes «  apprendre à vaincre sans avoir raison ».

Notre choix et motivation sur cet éminent universitaire s’articule autour de son amour pour le travail au service de la formation des nouvelles générations. Ce mari valeureux, ce père attentionné, ce musulman pratiquant, ce fervent mouride fortement attaché à son terroir et territoire est source d’inspiration, de motivation conférant ainsi à notre option un intérêt incommensurable. Ses nombreux éclairages sur l’histoire du Sénégal en fait un chercheur chevronné, un scientifique rigoureux et méthodique.

L’analyse de nos sources tant orales qu’écrites dénote que l’histoire pour être racontée car avant tout un récit doit être tamisée pour que l’utile ne soit pas gangréné par l’ivraie. Ceci nous amène à avancer que partout notre passage auditif comme scribale s’est heurté à des faits émotionnels qui témoignent l’attachement de nos pourvoyeurs d’information à l’endroit du professeur GUEYE.

La collecte de l’information, son exploitation, sa diffusion a été émaillée de regard critique même si l’éloge a coloré pratiquement une bonne place. Ceci se comprend et s’explique aisément en Afrique : «  les morts ne sont pas morts, Ils sont dans le vent, Ils sont dans l’eau qui dort »

Ce respect des morts nous a accompagnés pendant tout le long de cette quête d’information. Toutefois, il m’est aisé de dire malgré cette peinture élogieuse, force est de reconnaître que le professeur est un homme universel. L’enquête, l’interview, la recherche documentaire, tant à l’IFAN, à la Bibliothèque universitaire, aux archives de de la Bibliothèque de la FASTEF de ma démarche alliant partie orale et partie écrite. Nous nous sommes efforcés de veiller à ce que la méthodologie de recherche ne soit pas garrotée par une volonté de travestir les propos des uns et des autres. Nous les avons regardés sous le prisme d’un œil sartrien, à savoir entrevoir à travers l’œil de la serrure par un regard critique.

Ce dossier pédagogique retrouve la vie et l’œuvre du Professeur Mbaye GUEYE enseignant, chercheur au département d’histoire de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Parler de la «  vie et l’œuvre «  du professeur Mbaye Gueye ne revient –il pas à faire «  son histoire » si l’on s’en tient à ce que cette discipline, proche des sciences sociales, étudie les faits, évènements du passé donc récit, construction du passé. Des hommes et femmes ont tenté d’écrire et d’expliquer ou de faire revivre les temps révolus.

 4 Comme les sciences dures, la discipline historique implique une analyse rationnelle et vise la vérité. Ses hommes et femmes communément appelées historiens et historiennes étudient et communiquent sur l’histoire. Et le professeur Mbaye GUEYE appartient à cette race d’hommes. Grande statue du savoir qui peut prendre valablement leur place dans le panthéon des grandes figures de référence. Ce personnage qui a exercé un rayonnement humble, éveillé des vocations formé des disciples transmetteurs du flambeau méritent qu’on parle de sa vie et de son œuvre du fait de son parcours nickel.

De par sa contribution à la connaissance de l’histoire du Sénégal car témoin crédible de l’histoire universitaire du Sénégal, le professeur Mbaye GUEYE mérite notre attention. La vie de l’homme : Khombole, petite ville, jadis carrefour du commerce de l’arachide, situé dans le département de Thiès une subdivision de la région de Thiès est son royaume d’enfance ».

Le professeur voit le jour en 1936 à Khombole oû il fait ses études primaires,dans cette partie du Kayor à la lisière du Baol. De là, il passa à l’école Kasnack de Kaolack où il suivit son grand frère Djibril Guèye instituteur chevronné. Saint-Louis, ville symbole accueillera le jeune cayorien. Admis à l’entrée en sixième le mythique et légendaire lycée Faidherbe du nom, de l’officier de génie militaire, ancien gouverneur du Sénégal, marquera la personnalité du futur professeur. Confronté à de longues difficultés, fautes d’un encadrement familial adéquat, loin de sa base affective , il se forgea une ligne de conduite faite d’abnégation et d’endurance jamais soupçonné. C’est ainsi que sous la lumière des lampadaires qu’il apprenait ses leçons. Très tôt il sut que pour réussir, il se devait de faire plus que les autres.

Bien éduqué, sachant ses origines, évitant de s’apitoyer sur son sort, il accepta la volonté divine et fait de son parcours scolaire un but à atteindre en se fixant des objectifs avec des obligations de résultats.

Ce qui lui a valu de franchir avec brio toutes les étapes du cursus secondaires. Déjà le jeune khombollois avait tracé son chemin dans un stoïcisme voulu et accepté. Puissamment armé de diom, de foulla il escalada les marches du cursus secondaire et entama une carrière universitaire riche en rebondissement. L’année 1957, voit le jeune Mbaye Guèye réussir à la première partie du Baccalauréat puis à la deuxième partie série philosophie.

Ses études l’ont aucunement empêché de répondre à l’appel du drapeau en 1956, où il effectua son service militaire à Dakar Bango, réputé être un « ROBBENISLAND » par bon nombre de jeunes recrues. Attachement au territoire mais également au terroir auparavant. Mbaye Guèye n’a pas échappé à l’éthique mouride, autre facette de ce personnage au sens profond de la famille, de la parenté et de l’amitié. Aimant à la folie ses enfants, il était un père attentionné, méticuleux. Son ami de longue date, le géographe Cheikh BA, disait de lui, dans « mélange en hommage au professeur Mbaye Guèye, à la page 33 je le cite «  et si les espaces de commerce et ravitaillements pouvaient témoigner ! le coffre de sa voiture pouvait jauger les qualités de fournitures scolaires destinés à sesenfants, de caisses de virtualités tirées des espaces de commerce, de poissonnoble négocié sur les côtes du Sénégal de quartier de bœufs apprêtés mensuellement sur les forails de Dakar et de Toubacouta ».

Le sens de partage et le don du soi, le respect de l’autre trouve sa source à son attachement sur les enseignements du mouridisme. N’est-il pas né au sein de la famille spirituelle de Cheikh Mbacké Bousso érudit hors pair et grand serviteur de Dieu. Fortement enraciné aux valeurs ancestrales, Mbaye Guèye nouera et qui sera des relations fortes avec les détenteurs de la traduction orale, historiens, et communicateurs traditionnels du Sine, du Saloum du Cayor et du Baol, car il a toujours compris que la traduction orale est un puits inépuisable et intarissable de sources de savoir ;comme l’atteste sa thèse d’Etat portant sur «  l’histoire des wolofs et des sérères de la Sénégambie » constitue une véritable contribution à la connaissance de nos sociétés. Le Baccalauréat en bandoulière, il s’inscrit à la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Dakar.

Alors commence pour ce travailleur infatigable une riche et brillante carrière universitaire. En 1959, il obtient son certificat d’études littéraire général et un certificat d’histoire du moyen-âge, puis, celui d’histoire ancienne, baroudeur du savoir, il obtient deux certificats celui d’histoire mondaine et contemporain et celui de Géographie avec à la clé, figurez-vous une mention en histoire. Il ne s’arrêtera pas en si bon chemin et comme l’appétit intellectuel vient en s’abreuvant de savoir, Mbaye Guèye, en Juin 1962, arracha un D.E.S. en l’histoire sur le sujet principal «  L’Esclavage à Saint-Louis et Gorée à la fin du XVIIe siècle.

Devenu prof. de Lycée, serviteur de son peuple et de son pays, il rejoint le cours normal de Mbour sur la Petite Côte, plus tard, en 1967, le prestigieux corps desprofesseurs certifiés l’enrôlement dans son sac. A cette époque il signalisera par sa vaste érudition, sa parfaite maîtrise de la société africaine. Parallèlement à son enseignement, il prépare une thèse de troisième cycle sous la direction de Deben sur « l’esclavage au Sénégal de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle » Thèse soutenue le 21 juin 1969 à Nantes symbole de Port Négrier. L’université de Nantes est assez illustratif du destin particulier de Mbaye Guèye, un des meilleurs spécialistes mondial des questions ayant traits à l’esclavage.

La réussite au bout de l’effort mérité, il est récompensé par un recrutement comme assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar le 1 er Octobre 1969. Le contexte de l’époque est fortement marqué par les événements de 1963, qui secoua et fragilera le régime de Senghor. Le Sénégal venait de se dotait d’un nouveau programme d’enseignement dit « programme de 1965 qui est l’aboutissement d’un long Arraché à notre affection le 03 Juillet 2005, son œuvre restera éternelle et doit inspirer des générations bien encore longtemps pour que chercheurs, professeurs, étudiants et hommes de culture en soient les témoins universels.

Homme libre, musulman pratiquant fervent mouride père exemplaire, marivertueux, fidèle en amitié, fortement amoureux de son travail, travailleur infatigable, doté d’un esprit fécond qu’aiguisé. Nous dirons à la manière du philosophe sénégalais Djibril Samb que Mbaye Guèye « a chez lui comme un effort permanent de conciliation entre les exigences du statut d’historien, formé au culte de l’établissement minutieux des faits, et celle liées à la qualité des citoyens, imbue de valeurs traditionnelles, comprenant la gravité de la parole proférée, par essence immarcescible, surtout lorsqu’elle est infamante ».

Nous pouvons dire pour reprendre son ami et condisciple, le professeur Iba Der Thiam que «  le vide que sa mort a laissé, sans nul doute, reste difficile à combler, parce qu’il incarnait un idéal, des valeurs, un viatique et un humanisme, qui l’avaient élevé au rang d’une espèce en voie de disparution ». Si bien que le professeur Mbaye Guèye autant qu’Assane SECK, Ibnou Diagne, Omar Kane et autres distingués serviteurs du savoir qui nous ont quittés, que leur soient attribués des infrastructures pour perpétuer comme il se doit leur souvenir jusqu’à la fin des temps.

PAPA MOUSSA DIONE

JOURNALISTE, CONSEILLER EN COMMUNICATION

Leave a reply