Inauguration de la ferme Kaya : un modèle de développement économique social durable

0
711

La ferme du développement économique, social durable et la financière de Wakhaldiam, dans la commune de Bambey, a été inaugurée, hier mercredi. L’événement a été une occasion pour son initiatrice, Mme Diallo Aw Badji Sion du Groupe Mamy Kaya et Mamy Kaya Word de présenter ce modèle de développement économique social et durable.

Mamy Kaya, c’est le surnom d’une femme leader,  Mme  Rokhya Ndiaye, la maman Mme Diallo Aw Badji, l’initiatrice du Groupe Maman Kaya qui est un  modèle de développement économique social et durable. Ce modèle est basé sur le leadership, l’entrepreneuriat, le coaching. «Je n’ai absolument rien créé dans ce modèle. J’essaie de formaliser tout ce que ma mère faisait, dans informel, que j’essaie de modéliser. Dans ce modèle, la première chose est le leadership pour inciter les jeunes à s’approprier l’excellence partagée que les enfants reproduisent, l’entrepreneuriat, le développement personnel, le bénévolat, l’investissement dans la communauté», a-t-elle martelé.

Et elle poursuit : «comment on opérationnalise  ce modèle ? Nous avons un réseau de vente des produits Mama Kaya au Canada, qu’on essaie d’impacter à travers des fermes. Aujourd’hui, on procède au lancement de la financière Mamy Kaya, pour soutenir les femmes qui sont dans les fermes. Mon expertise est la banque, la micro-finance et les nouvelles technologies de l’information et de la communication… C’est mon expertise que j’essaie de modéliser dans ce concept de Maman Kaya. Auparavant, l’initiatrice de ce concept a équipé les populations de Yerwaye en motopompe mais aussi aidé les femmes de Thieppe, de Gatte».

Et d’ajouter : «mes ambitions sont au-delà de l’Afrique, mais le monde. Il y a des partenaires stratégiques comme l’université de Concordia, Associety Moreale, la base entreprenariale, le Pôle Ideos pôle de développement durable, hautes études commerciales – HACC, le ministère de la Francophonie des Relations internationales du Québec. Ce qu’il y a ici, c’est mon argent. C’est cela que je veux enlever dans la tête des enfants et des femmes. N’attendez pas des Ongs».

Adama NDIAYE

 

Leave a reply