Inauguration du stade du Sénégal : un joyau sportif étrenné en grande pompe à Diamniadio

0
389

Le Sénégal ouvre une nouvelle ère avec l’inauguration ce mardi 22 février du Stade du Sénégal qui porte désormais le nom de l’ancien président Abdoulaye Wade. Ce joyau architectural d’une capacité d’accueil de 50.000 places, bâti sur une superficie estimée à 88 milles m2, changera totalement la carte infrastructurelle et va donner au Sénégal les caractéristiques d’un hub dans le domaine sportif après l’érection de l’arène nationale ou encore du Palais omnisports de Dakar Arena. Cette cérémonie se fera en présence d’un parterre de chefs d’Etats et de nombreuses de personnalités du football mondial. 

La volonté du président Macky Sall de faire su Sénégal un hub sport est en train de se concrétiser avec l’inauguration ce mardi 22 février du stade du Sénégal.
Après l’arène nationale et le palais du sport de Dakar Arena, le stade olympique de Diamniadio vient pour changer considérablement la carte des infrastructures sportives du pays. Comme pour le centre international des conférences Abdou Diouf (CICAD), le chef de l’Etat a décidé d’immortaliser un de ses prédécesseurs en choisissant le président Abdoulaye Wade comme le parrain.

La cérémonie se déroulera en présence du président de la République d’Allemagne Frank-Walter Steinmeier, de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, du Rwanda, Paul Kagamé, de la Gambie, Adama Barrow, de la Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embaló, et du Liberia Georges Weah. Mais aussi des dirigeants sportifs dont Gianni Infantino, président de la FIFA et Patrice Motsepe, président de la CAF. Tout comme d’anciennes gloires du football africains qui vont, le temps d’une soirée, chausser. Les crampons pour un match qui opposera les légendes du football africain à quelques anciennes gloires du Sénégal. Le tout agrémenté par la prestation artistique des grandes célébrités de la culture et de la musique sénégalaise.

Le foot sénégalais dans ses plus beaux atours

Il est loin le temps où le Sénégal était affiché sur la liste des « cancres » ou des  » Sans domicile fixe (Sdf), en raison de la suspension qu’avait connu il y a plus de 8 ans du stade Léopold Sedar Senghor de Dakar suite aux incidents qui avaient émaillé le match Sénégal-Cote d’Ivoire d’une triste mémoire. Des événements qui avaient fini de porter un coup à l’image du Sénégal.

Une situation à laquelle il faut ajouter l’indisponibilité prolongée qui avait pu contraindre le football sénégalais à élire domicile depuis deux ans, au stade Lat Dior de Thiès.

Comme cela ne suffisait pas, ce même stade thiessois a été réhabilité de justesse par la FSF pour accueillir les matchs internationaux et particulièrement le deuxième tour des éliminatoires du Mondial au Qatar.

Les autorités du football sénégalais avaient toutefois parvenu à convaincre la CAF suite à des changements en remettant à neuf aussi la pelouse, les projecteurs et effectuant de petits réaménagements. Ce qui relève présentement de vieux souvenirs.

 

En attendant la rénovation du stade Léopold Senghor, le Sénégal amorce un nouveau virage et étrenne son nouveau joyau architectural construit à l’image du stade allemand Allianz Arena du Bayern de Munich ou celui du club russe Spartak de Moscou qui avait accueilli certains matchs de la coupe du monde 2018.

 

L’architecture moderne de ce stade russe a d’ailleurs inspiré le Président Macky Sall. Séduit, le chef de l’Etat sénégalais a voulu en effet reproduire le même modèle au Sénégal. Celui-ci deviendra une réalité et va nécessiter un coût de 155 milliards de F Cfa. Djibril Diop, chef de service des travaux de la société Sogip rassure sur Rsi que le stade, qui répond aujourd’hui aux normes modernes est prêt à 98%.

 

Bâti sur une assiette foncière de 13,5 hectares, il aura une capacité d’accueil de 50 milles places. Il est annexé de deux terrains répondant aux normes de l’IAAF. Il sera aussi doté de toutes les commodités. D’une capacité de 50 milles, places, le stade aura 2000 places VIP, un VIP Launch de 1813 mètres carrés aménagés en restaurant, un salon et une terrasse extérieure.

 

Sans compter les 40 loges dont la capacité d’accueil est de 720 VIP. Le stade du Sénégal comporte également 800 places réservées à la presse ainsi que d’autres aménagements dédiés notamment la salle de conférence de 244 places, des ascenseurs.

 

Sur un autre volet, il présente la particularité d’être écologique. Car, indique a-t-on, il sera alimenté en énergie solaire qui le dote d’une autonomie en eau et en électricité.  C’est également un stade ultra connecté.

Le chemin des JOJ et de la CAN en balise

De quoi baliser le terrain le terrain pour une deuxième organisation de la Coupe d’Afrique après l’édition de 1992 organisée au stade Léopold Senghor et Aline Sitoë Diatta.

Finaliste en 2019 et vainqueur de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN) au Cameroun et par ailleurs première nation africaine au classement FIFA, les autorités n’écartent d’ailleurs pas d’organiser seul ou même de co-organiser la CAN 2025 avec la Guinée.

 

Pour l’heure, le Sénégal peut valablement supporter les rendez-vous majeurs du sport. Lui qui est dores et déjà dans les starting block pour accueillir les prochains jeux olympiques de la jeunesse de 2026.

 

Omar DIAW 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :