Inclusion financière : le Sénégal 2ème dans l’UEMOA

0
248

La Côte d’Ivoire et le Sénégal respectivement 1er et 2ème constituent la locomotive des services financiers numériques dans la zone de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa). Des efforts louables en matière de promotion de l’inclusion financière.    

La montée en puissance des services financiers numériques, a largement contribué à accroître l’inclusion financière dans l’espace Uemoa révèlent plusieurs études émanant de sources autorisées. De ces études, « le Sénégal et la Côte d’Ivoire sont reconnus comme étant les principales locomotives qui favorisent ladite expansion, avec plus de 30% de la population adulte détenteurs d’un compte mobile money », a dit le secrétaire exécutif de l’Observatoire de la qualité des services financiers (Oqsf), Habib Ndao. Il présidait ce jour un atelier de lancement de l’enquête sur les risques liés à l’utilisation des services financiers numériques.

Il affirme que le Sénégal compte « aujourd’hui le plus grand nombre de prestataires de Services financiers numériques (Sfn) dans l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) après la Côte d’Ivoire et a enregistré 13,4 millions de comptes de mobile money, dont 44 % sont actifs (source Bceao) ».

Parallèlement à cette rapide expansion des services financiers numériques, on voit apparaître une multitude de risques résultants de dysfonctionnements, ainsi que diverses pratiques frauduleuses qui sont sources de préjudices incommensurables pour les usagers, qu’il convient de juguler.

C’est d’ailleurs, l’une des raisons principales, ayant conduit l’Oqsf à mener en 2019, une enquête de satisfaction sur les services financiers mobiles dont les résultats ont laissé transparaître divers griefs. Lesquels « ont été remontés par les usagers des services numériques dont plus de la moitié n’étaient pas satisfaits du traitement reçu », mentionne le Secrétaire exécutif.

D’où la pertinence de cette enquête qui vient à point nommé, car outre l’approfondissement des résultats de l’ESFIN qui en résulterait, elle favorisera également la résorption du retard que notre « pays a accusé dans le domaine de l’évaluation des risques pour les consommateurs de Sfn par rapport à certains pays tels que la Tanzanie, le Kenya, l’Inde et les Philippines », a-t-il dit.

Aujourd’hui, il est unanimement admis que les Sfn constituent l’un des principaux moteurs de l’inclusion financière, ce qui appelle de la part des autorités monétaires et financières, une surveillance accrue, pour sauvegarder les positions acquises et maintenir le train de croissance qui vaut à notre pays, le classement enviable dont il est crédité au niveau régional.

Pour cette raison ajoutera M. Ndao « nos amis de la Banque Centrale ou à nos collègues de la Direction générale su secteur financier et de la compétitivité (Dgsfc), orfèvres en la matière, le soin d’éclairer l’assistance sur l’impact actuel de la finance digitale sur le taux global d’utilisation des services financiers et également de partager avec nous, leurs dernières recherches sur les tendances qui se dessinent au niveau national ».

En matière d’inclusion financière, le Sénégal s’est fixé comme objectif la protection des couches vulnérable et la promotion du bien-être collectif, doit être préservé à tout prix.

D’où la nécessité de dégager tous les écueils et entraves susceptibles d’en compromettre la réalisation.

C’est tout le sens de l’enquête sur les risques liés à l’utilisation des services financiers numériques qui ambitionne : d’identifier les freins et goulots d’étranglement à l’expansion de la finance digitale ; de recenser les griefs des usagers à l’encontre de la qualité des services fournis; de juguler les pratiques susceptibles d’ébranler la confiance du public dans le marché des services financiers numériques : d’assurer le rééquilibrage des relations entre les usagers et les prestataires de services financiers numériques, de réaliser un consensus minimum concernant l’état des lieux du secteur ; d’apporter une réponse appropriée aux préoccupations des autorités de régulation, en les dotant des informations nécessaires, pour mieux assurer la protection des droits des usagers de services financiers numériques », souligne M. Ndao.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply