Industrie pharmaceutique : Le Sénégal, un hub logistique sous régional en… 2035

0
285

Le Sénégal a désormais sa feuille de route pour la relance de son industrie pharmaceutique. La mise en œuvre du document stratégique nécessite quelques 326 milliards de FCFA devant permettre au Sénégal d’atteindre son objectif de produire localement, 30% de ses besoins en médicaments d’ici 2030 et 50% d’ici 2035.

Tout bien réfléchi, après 5 semaines, soit plus de 15 000 heures de travail, 76 participants par jours, 67 structures participantes, des rencontres B to B avec les acteurs et experts de l’industrie pharmaceutique sont venus à élaborer un document stratégique autrement appelé feuille de route pour la relance du secteur pharmaceutique, le 22 octobre dernier, lors d’une séance de clôture d’un atelier intensif de structuration du Plan de relance du secteur de l’industrie pharmaceutique.

Ledit atelier intensif a été précédé par celui du lancement, tenu le 20 septembre dernier, suivi de celui de la présentation des résultats à mi-parcours des groupes de travail (Mid-Lab syndication), tenu le 8 octobre, et celui de la clôture, tenu le vendredi 22 octobre, sanctionné par une feuille de route nette et claire. Cette feuille de route s’articule autour de 9 réformes prioritaires opérationnalisées ; 10 projets publics structurés pour des besoins de financement estimés à 95,5 milliards de FCFA ; 15 projets privés structurés pour des investissements estimés à 210,7 milliards de FCFA ; 1 modèle de gouvernance recommandé pour le pilotage et la mise en œuvre réussie du plan de relance de l’industrie pharmaceutique.

Le concours de tous ces éléments devrait permettre au Sénégal d’atteindre son objectif de produire localement, 30% de ses besoins en médicaments d’ici 2030 et 50% d’ici 2035. Au chapitre de la chaine de valeur en termes de recherche et développement, il est attendu une valorisation industrielle de 10 résultats de recherche en 2030, le développement des API (interface de programmation d’application) et de médicaments galéniques en 2035. Pour le volet production, le projet ambitionne de satisfaire 20% de la demande nationale en 2025, 30% en 2030, et 50% en 2035. Et pour celui de la distribution, il aspire faire du Sénégal un hub logistique sous régional en 2035. Pour l’emploi, le projet table sur 1047 emplois directs permanents créés ainsi répartis : 387 cadres, 365 techniciens et 294 ouvriers sur la base de 12 projets privés matures à 100% dans le cadre du Lab. Six types de produits allant des phytomédicaments aux dispositifs médicaux en passant par les médicaments génériques, les solutés massifs, les produits de dialyse, les vaccins et bioproduits.

Un coût global de 326 milliards

En tout pour tout, 326 milliards nécessite la mise en œuvre globale du plan de relance ainsi réparti : 800 millions pour le déploiement des instances de pilotage et de coordination ; 995 millions pour la mise en œuvre des réformes ; 199,4 milliards pour les projets privés ; 95,6 milliards pour les projets publics et 29 milliards pour la mise en place de l’ASRP. Ce qui, d’ailleurs, aux yeux des acteurs reste un projet ambitieux et réalisable si les décideurs venaient à traduire leurs paroles en actes.

Un tel projet aiguise l’appétit d’hommes d’affaires d’ici et d’ailleurs parce que structurant et doit être piloté de main de maitre en respectant la chronologie de l’agenda 2026 établi.

Pour ce qui est de la mobilisation des ressources financières aucune excuse ne saurait être acceptée parce que le marché financier régional et international est suffisamment liquide pour accompagner des projets structurants et innovants comme celui de la souveraineté en médicaments de première main. D’ailleurs, celui-ci a reçu l’onction de l’Union africaine, des investisseurs comme AfroChampions, Orango déjà dans nos murs pour appuyer le projet qui ambitionne de conquérir le marché de la Zlecaf.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.